test

  • votre blogueur a testé les friscos "maisons" de chez Godefroid

    IMG_20190724_153118-01-01.jpgJ'ai longtemps hésité à écrire cet article (au moins 3 minutes). Vous comprenez: c'est que je voulais les garder pour moi, les délicieux friscos de chez Godefroid !

    On ne présente plus la boulangerie Godefroid. D'ailleurs, à Frameries, on ne dit pas: "je vais chercher du pain". On dit: "je vais chez Godefroid". Mais ça n'est pas pour acheter un pain gris, une baguette, ou encore une pâtisserie que je m'y suis engouffré ce mercredi après-midi. Accompagné de mon petit garçon Lino et d'une bonne dose de gourmandise, j'étais bien décidé à tester les friscos "maisons". 

    Bien alignés dans leur vitrine, difficile de les rater. Je passe commande. La machine aspire mon billet et crache un peu de monnaie. Me revoilà dans la rue (parfaitement étouffante de chaleur), à grignoter la croûte de chocolat blanc, le coeur de vanille, et les éclats de framboise glacés. Je regarde Lino (sa petite langue rose farfouille dans la crème vanille). Lino me regarde. Père et fils on est immédiatement d'accord sur l'essentiel. Verdict: terrible ! 

    On est bien loin des glaces industrielles: on sent que ces friscos "maisons" connaissent le goût du lait. C'est absolument frais, doux, onctueux. La couche de chocolat est démente, craquante. 

    Lino et moi, nous repartons main dans la main dans la chaleur qui règne en maître dans Frameries. Elle règne en maître, vraiment ? Non: le village gaulois de la boulangerie Godefroid résiste en vous proposant ces succulents friscos à essayer de toute urgence !

    Pour ceux qui reviendraient d'un très long voyage sur Saturne, la boulangerie Godefroid se trouve au 50, rue de France, à Frameries.

    IMG_20190724_152623-01-01.jpg

  • votre blogueur a testé: des rhums arrangés (chez Cavavin Frameries)

    62140483_424032618378576_7207270871503732736_n.jpgUn chouette cadeau de fête des pères, chez Cavavin Frameries !

    Je passais par hasard du côté de chez Cavavin et, ce même hasard faisant en général bien les choses, je me suis retrouvé à déguster, en compagnie d'Anne et de Philippe de Cavavin, des rhums "arrangés". Mais pas n'importe quels rhums arrangés ! Des rhums arrangés par nos tenanciers eux-mêmes car, comble du plaisir, ce nouveau produit se vend en bocal - bocal qui contient tout le nécessaire pour infuser et donc aromatiser votre rhum: citron, sucre de canne, coco...

    Comme vous le voyez sur les photos, c'est plutôt chic, et, parole de blogueur-goûteur (ils m'ont indiscutablement obligé à y tremper mes lèvres: moi qui n'aime que le lait de chèvre !): c'est tout-à-fait excellent !

    "Quand on a consommé les 3/4, explique Philippe, en joignant élégamment le geste à la parole, on remet du rhum jusqu'en haut: ça sert deux fois !". Et votre blogueur, jamais en reste d'idées tapageuses et passablement primesautières, d'ajouter: "On peut s'en servir une troisième fois en mélangeant avec de la pâte à cake... ou dans un yaourt !".

    A noter qu'à l'approche de la fête des pères, la boutique est exceptionnellement ouverte ce samedi de 9h à 20h et dimanche de 8h30 à midi trente. 

    Cavavin : rue des alliés 118 (dans L'Epicentre) - 065 78 07 71

    62306513_464264231015171_5486630054156828672_n.jpg61958503_2041104255998849_4693255818269687808_n.jpg

  • votre blogueur a testé Disneyland Paris (avec Frameries Tourisme)

    IMG_20190529_160156-01.jpgDisneyland Paris c'est bien. Avec les conseils avisés de Sandrina : c'est mieux ! :D

    "La dernière fois que je me suis rendu à Eurodisney, j'avais une quinzaine d'années. Il était grand temps d'y retourner, d'autant que mon petit garçon, Lino, n'arrêtait pas de chantonner une publicité vue à la télé comme quoi y'avait des promos sur le parc - et je voulais y mettre fin avant de me mettre à chantonner avec lui.

    Je me suis donc rendu chez Frameries Tourisme (rue des Alliés, Frameries), non seulement pour booker le voyage, mais aussi pour recueillir le maximum d'infos et d'astuces. Le parc est vaste, et il s'agissait pour moi de débroussailler ce que je comptais faire (et manger) - avec un petit garçon de 5 ans, mieux vaut laisser l'improvisation de côté. Vous êtes nombreux à connaître la gentillesse naturelle de Sandrina Mogiatti et de Denis Bienfait ainsi que leurs compétences en matière de voyage - on ne va pas s'étendre là-dessus. A chaque bon conseil validé, je posterai un ✅ dans le texte.

    IMG_20190528_222614-01.jpgDirection Disney, et plus particulièrement l'hôtel Santa Fé - un excellent conseil ✅de logement propre et pratique à prix raisonnable, d'autant que l'hôtel a été rénové il y a peu. Je découvre avec plaisir que le car qui nous amène au parc est tout aussi propre, pratique, et la ligne desservie quasi toutes les dix minutes - de quoi circuler sans stress ✅. Nous sommes un mardi, le temps va passer de la pluie au soleil - ça n'est pas plus mal car il suffit de bien calculer son coup et de se trouver dans une attraction lorsqu'il pleut ✅. 

    Etre raisonnable et fixer ce qu'on veut faire, c'est essentiel ✅(car on ne peut pas tout faire, parce que le parc est grand, qu'il y a deux parcs, et que c'est... éreintant !). Comme Lino est fan de Star Wars on s'est d'abord lancé dans une bataille spatiale au IMG_20190528_153110-01.jpgStar Tour. Lino en est sorti secoué mais prêt pour de nouvelles aventures... plus calmes cette fois avec le célèbrement connu Small World. Toujours aussi plaisant (25 ans plus tard) de voir ces petites marionnettes se trémousser sur ce refrain qui vous trotte dans la tête ...jusqu'au coucher !

    Je vous passe le détail des nombreuses attractions vues dans l'après-midi pour aller directement là où le bât blesse: manger. Car dans les parcs d'attractions, en général, on est bien d'accord: trouver quelque chose à manger de convenable, c'est pas évident. Et si on veut éviter le burger/frites à tous les repas (surtout pour un séjour de 2 jours): autant bien creuser le sujet avant même d'être sur place✅. Tout d'abord parce qu'une fois encore improviser fait perdre du temps, mais aussi -voire surtout- parce que si on lance n'importe où on prend le risque de manger n'importe quoi, et que certains établissement nécessitent de réserver. Me voici donc, Lino à bras, en train de longer royalement la file (car j'ai pris soin de réserver) qui tente, parfois en ruant ou en invectivant le personnel, de pénétrer dans le IMG_20190528_182128-01.jpgPlaza Garden. "C'est le meilleur restaurant" avait conseillé Sandrina. A raison. Alors bien sûr ça revient plus cher qu'un burger ou une barbe à papa. Mais le décor opulent, la propreté des lieux, le buffet froid (excellent et frais), le buffet chaud (assortiment irréprochable) et le buffet des desserts (y compris bonbons et fromages) en font l'adresse du jour. Petite pensée émue pour les mini casseroles de moules ! :D

    Quelques conseils pêle-mêle: ne pas rater les illuminations (le soir, le parc ouvre jusque tard). Ne pas rater la parade (impressionnant). Ne pas rater "Disney Illuminations" (spectacle nocturne avec projection d'images sur le château de la Belle au bois dormant). Ne pas hésiter à faire un tour au Disney Village: des commerces hors normes et ...le plus grand LEGO store d'Europe : 600 mètres carrés dédiés exclusivement aux briques LEGO et qui ont fait la soirée de Lino ! Ne pas négliger le parc Disney Studios - pour voyager en plein en plein Marvel (ce parc étant plus petit, éviter les heures de pointe si l'on veut survivre).

    Petite incision à propose de notre dîner du second jour. Le Lucky Nugget Saloon : excellent rib's dans un cadre western... avec un sympathique spectacle de marionnette sur scène !

    IMG_20190529_175315-01.jpgAvant de refermer ce billet, je voulais faire remarquer la courtoisie et la gentillesse du personnel de Disney. Les gens sont là pour vous vendre des trucs ou faciliter l'accès aux attractions. Mais ils ont surtout le sourire du matin au soir, échangent toujours quelques mots sympathiques (jusqu'à pousser le cri du wookie parce que Lino portait un costume de Chewbacca) qui ne sonnent jamais faux - ils sont sans doute payés aussi pour ça mais c'est tout à fait remarquable, d'autant qu'il y a vraiment beaucoup de personnel. Cela contribue vraiment au plaisir et au dépaysement (et sans doute au coût) du voyage, et permet parfois de relativiser les files d'attente aux attractions.

    Alors voilà, même si on est bien d'accord sur le fait que Disneyland Paris, "Enn c'est nie co Frameries", Lino et moi avons passé un super séjour, largement favorisé par les conseils de Frameries Tourisme. Et on en gardera un excellent souvenir ;)

    Eurodisney/Frameries Tourisme: testés et approuvés !" ;)

    Frameries Tourisme, rue des alliés 92 à Frameries (065 67 18 83)

    IMG_20190528_214707-01.jpgIMG_20190529_114331-01.jpg

  • Votre blogueur a testé "La Table des Délices" (#4)

    d.jpgVotre blogueur teste Frameries pour vous. Dans ce 4ème épisode, Stephen a poussé la porte de la Table des Délice...

    "Il faut tout d'abord reconnaître que ça n'était pas la première fois que je poussais la porte de cet établissement situé à la rue Defuisseaux. Mais cette fois-ci, c'était un peu forcé par les éléments car le vent, puissant et glacial, m'avait poussé dans le dos sur plusieurs mètres jusqu'à m'amener là où il faisait chaud et lumineux. A cette instant la courte parade de Noël s'achevait, renvoyant gentiment des paquets de spectateurs terminer la soirée chez eux. Le serveur du restaurant a rapidement déposé quelques succulentes olives à côté de mon Martini rouge, et j'ai pris le temps de commander. J'avais envie de choses simples et roboratives.

    Ce qui est parfaitement remarquable, dans ce petit restaurant qui propose des plats italiens et des pizzas depuis bientôt 4 ans, c'est le plafond. Figurez-vous que chaque lampe, ajourée, y renvoie une multitude de lignes  sombres et de traits de lumière. Cela donne un très bel effet au restaurant.

    L'autre chose remarquable est le plat qu'on me présente en entrée. J'avais déjà eu l'occasion de déguster de succulents scampis au Pastis aux Délice de Marconi, à la rue Maroilles. Cette fois, les scampis du patron sont mi-pastis, mi-tomate. La tomate légère et sucrée adouci l'anisé. L'ensemble est délicat et rafraîchissant. Ensuite c'est une pizza qu'on m'apporte (après une attente un peu longue: toutefois ne jetons pas la pierre car il y avait du monde). Une pizza aux fruits de mer qui remplit confortablement son contrat: m'apporter matière, chaleur, et plaisir.

    Après un généreux limoncello bien frais, au moment du départ, le patron vient me serrer la main: ça fait toujours plaisir. La parade de Noël n'est déjà plus qu'un lointain écho. Les chalets de l'Epicentre sont à demi-remballés. Quant à moi je remonte la rue des alliés dans le froid, avec au fond des entrailles suffisamment de chaleur pour me faire survivre jusqu'à la maison." 

    La Table des Délices se trouve au n°51 de la rue Léon Defuisseaux. Son numéro de téléphone est 065/65.01.83.

    D'accord avec ce test ? Pas d'accord ? Postez un commentaire ! :)

    48422399_1984213138295309_327365564102082560_n.jpg

  • votre blogueur a testé la soupe glacée courgette-amande de Xavier Adam

    36980023_10204898873667269_2765943021475201024_n.jpgJe passais par hasard dans la rue des alliés quand un grand escogriffe vêtu d'orange des pieds à la tête m'alpague: "tu veux goûter ma soupe !?".

    Voyez-vous, ma très chère arrière-grand-mère, Simone Légat, m'a comme qui dirait (et comme tout bon borain) élevé à la soupe - un penchant qui m'est resté tout comme le cervelas et le hareng. Alors je ne dis jamais non, que dis-je: je ne refuserais pour rien au monde une cuillerée de soupe... encore moins quand celui qui me la propose est un chef de renom: Xavier Adam (de l'Atelier Gourmand), qu'il a les yeux furibonds, et qu'il brandit sous mon nez un grand écailleur ensanglanté.

    Sans chichi, je le suis dans les cuisines. Ca brille du sol au plafond, ça s'active, ça fristouille, et, alignés comme au tir, les poêlons en cuivre récemment offerts par Salvator Livolsi sont autant de soleils couchants. Xavier, radouci, pose une assiette sur le comptoir, verse une louche et s'explique : "C'est de la soupe glacée de courgette. Tu blanchis ta courgette, tu mixes, tu ajoutes du lait d'amande, du basilic, de l'ail, tu sales et tu poivres".

    37053022_10204898796265334_5916939387274264576_n (1).jpgDe la soupe froide !? Mais mémère Simone en aurait ravalé son patois !

    Xavier me tend une cuillère et j'y vais, avec application: je suis un blogueur consciencieux (quoiqu'en pensent mes détracteurs que je salue au passage). C'est doux, c'est onctueux, c'est crémeux sans être épais, le goût est plein et délicat. Ca rappelle vaguement la courgette (j'ai le nez un peu bouché). Je termine l'assiette profonde à la grande cuillère, sans dissimuler mon vif plaisir (je ronronne, je cacarde, je me hérisse) - il n'en reste même pas une demi-goutte.

    Je félicite le chef (en vidant d'un trait un verre de vin blanc). Avec sa petite garniture fraîche et croquante et son filet d'huile d'olive, cette soupe glacée, c'est vraiment le top. Ca n'est d'ailleurs pas vraiment une soupe. C'est autre chose. Un autre univers du goût - comme bien souvent dans les plats proposés par Xavier.

    Il est midi trente. Le service commence sur les chapeaux de roue. Je quitte la cuisine. Ah, mémère, si tu avais su !

    Si vous souhaitez à votre tour découvrir et tester cette soupe glacée courgette-amande, elle sera au programme du lunch de la semaine prochaine (infos au 065/84.35.88.)

    Et si vous souhaitez faire goûter quelque chose à votre blogueur : un plat, un livre que vous avez écrit, un vêtement, l'ombre de votre jardin, etc... N'hésitez pas à prendre contact !

    36970474_10204898796465339_1342508396208717824_n.jpg

  • votre blogueur a testé la friterie Chez Carlo

    Je me suis tout d'un coup rendu compte: "Mais enfin qu'est-ce que tu fous ? Tu n'es pas encore allé à la friterie Chez Carlo ? Et tu te prétends framerisois !?"

    IMG_20180426_191622.jpgIl faut dire que quelques jours auparavant, sur les réseaux sociaux, j'avais vu ledit Carlo en train de danser le sirtaki (ou la macarena) dans sa friterie. Le bonhomme se dandinait furieusement et, d'après le commentaire, c'était un jour comme les autres. Il faut dire aussi que le régime de ma femme nous avait poussé elle et moi dans nos derniers retranchements: il devenait urgent de mettre les graines et le fromage blanc 0% de côté pour se taper une bonne frite.

    Alors, sans faire ni une ni deux, on a planté les enfants chez ma mère, et on s'est pointé chez Carlo, notre curiosité matinée d'une pointe d'inquiétude, voir même d'angoisse. Après tout, un homme capable de cuire les frites en dansant le sirtaki (ou la macarena) n'est-il pas capable de tout ? Nous avons donc poussé la porte de la friterie (ma femme est entrée la première: on ne sait jamais) et sommes entrés, sur la pointe des pieds.

    Carlo, solidement campé derrière le comptoir, les mains sur les hanches et une vaste sourire aux lèvres, nous attendait: "bonjour!".

    A vrai dire, nous n'avons pas eu la chance de bénéficier, lors de notre repas, d'un spectacle de danse (quelle déception !). Par contre les frites croustillantes nous ont largement convaincu que la réputation de Carlo était tout à fait méritée. Ma femme a cédé pour un hamburger (avec oignons secs) tandis que moi, comme j'hésitais entre un pain cervelas (avec crudités) et un crizly bien doré, j'ai finalement opté pour... les deux.

    IMG_20180426_191605.jpgUn client demande son compte. Carlo lui dit, avec un sérieux grandiloquent digne des meilleurs moments de Fantomas : "385 euros". Ma femme et moi on se regarde. A l'instant, pour préserver ma santé économique je suis prêt à remettre le cervelas mâché dans le pain. Mais Carlo plaisante. Et à vrai dire (on s'en rend rapidement compte) Carlo a une plaisanterie pour chaque client. Soulagés, nous terminons notre repas en nous reléchant les doigts.

    On est sorti de la friterie en se tenant le ventre. On a repris les enfants chez ma mère. Puis on a digéré nos frites de longues heures, dans le canapé, devant une série nulle.

    Je ne sais pas si c'est à cause des frites, mais toute la nuit j'ai rêvé de Carlo. Carlo dansant le twist, les pieds dans l'huile bouillante. Carlo dansant le boogie woogie sous une pluie de frites dorées. Carlo pratiquant les claquettes juché sur un cervelas grand comme un tram.

    Frites en musique : quel concept formidable ! 

    En conclusion: Carlo vous sert de bonne frites et vous met la patate !

    La friterie Carlo se trouve dans le Family Center, rue de l'industrie 183 à la Bouverie. 065 65 28 23.

    IMG_20180426_210711.jpg