ce week-end - Page 3

  • Eugies: à la recherche des canards perdus (spectacle)

    Capture d’écran 2019-01-18 à 13.20.05.pngUn peu d'humour climatique dans ce monde de glace? 
    Venez assister à la première des 6 séances de cartographies. Cela commence à Frameries et tous les mois dans un autre centre culturel du Borinage. 
    C'est ce samedi 19 janvier à 20h au centre culturel de Frameries (place d'Eugies).

    Demain Mons-Borinage est un label porté collectivement par les Centres Culturels de Boussu, Colfontaine, Dour, Frameries, Quaregnon, Saint-Ghislain et la Maison Folie (Mars).
    Imprégnés du film-documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent « Demain », et nourris de la même volonté de partager des solutions, des expériences, tous ont proposé durant leur saison culturelle un ensemble d’activités s’interrogeant sur les crises écologiques, économiques et sociales qui meurtrissent notre planète.
    Dans ce cadre les Centres Culturels et la Fabrique de Théâtre vous proposent de janvier à juin 2019, 6 soirées « d'humour climatique » par Frédéric Ferrer, autant de cartographies sur des thèmes anthropocènes, vraies fausses conférences théâtrales créée à partir d’un travail de terrain fouillé, brillantes autant que digressives et drôles.

    Le Centre Culturel de Frameries débute cette série en vous proposant

    "A la recherche des canards perdus"

    Frédéric Ferrer nous immerge en terre Arctique pour y mesurer la vitesse du réchauffement climatique.
    En septembre 2008, la NASA lâche 90 canards jaunes en plastique dans un glacier du Groenland afin de mesurer la vitesse du réchauffement climatique. Attendus quelques semaines plus tard dans la baie de Disco, ils ne réapparaissent jamais. Où sont-ils passés ? Sont-ils prisonniers du glacier.
    A force d’hypothèses et de conclusions à répétition, l’objectivité dérape vers des suggestions fantaisistes, ouvrant ainsi des perspectives inattendues. Et si tout est vrai dans ses propos, le rire fuse tant les situations sont cocasses et foutraques. A sa manière ironique et poétique, Frédéric Ferrer contribue à l’éclosion d’un genre d’art, plus réflexif que directement politique.

    Frédéric Ferrer nous embarque, et le voyage qu’il nous propose en vaut la chandelle. C’est loufoque à souhait et super calé, léger et savamment documenté, osé et savamment dosé.
    Pariscope

    Plus d'infos
    http://www.demain-mons-borinage.com

    50407420_999425503576831_7629860619381899264_o-thumb.2.jpg

  • Jean-Marc Leenders exposait à Mons

    Un samedi pluvieux - il y en aura d'autres. Mais en franchissant les quelques mètres de l'entrée monumentale de La Chapelle (rue des telliers, Mons), c'est de soleil qu'il s'agissait... à 2.500 kilomètres de distance.

    Habitant d'Eugies, Jean-Marc Leenders est un photographe globe-trotter qui a principalement oeuvré en Asie - il a d'ailleurs passé 20 ans en Corée du Sud (lisez son portrait en cliquant ici). Samedi, il exposait des clichés pris au Maroc.Thé à la menthe à la main, le visiteur était invité à explorer les photographies dans une lumière tamisée, en s'aidant - tels les explorateurs d'autrefois - d'une lampe de poche. "On est presque dans une installation, s'amuse Jean-Marc. L'idée était d'apporter un plus au pop-up store Sultane & Pacha (vente de produits cosmétiques à base d'huile d'argan). J'ai voulu, en toute simplicité, laisser parler les pigments, les matières, l'ombre et la lumière...".  

    La question en suspens est: à quand la prochaine exposition de Jean-Marc au Centre Culturel de Frameries ?

    50330317_354068358476872_6237194486988931072_n.jpg

    "Le bonheur du photographe ?, écrit Jean-Marc sur sa page Facbook. C'est d’abord passer quelques jours au Maroc. Le jeu des ombres et des lumières y est hypnotisant. Les couleurs claquent, les contrastes captivent. La médina de Marrakech est un dédale riche de millions de photos à saisir. Tout le spectre des couleurs y est représenté. La ville d’Essaouira vous met du bleu plein la vue. Les zones arides offrent leurs ocres, bruns et jaune-orangé. Le vert y est fort dans les palmeraies et les jardins. Le plaisir de photographier est partout. Et puis, il y a l’envie de partager ces émotions polychromes. Et de monter une exposition qui invite au voyage par la couleur. Des cadrages souvent serrés pour aller à l’essentiel. Pour voir les matières aux couleurs du Maroc".

    49418248_524225384729289_1354951960142282752_n.jpg