- Page 4

  • ce week-end : des robots au PASS !

    rrobot.jpgComme chaque année, le Pass organise les Trophées de Belgique de robotique : un projet pédagogique qui mobilise plusieurs centaines de jeunes de 8 à 18 ans depuis septembre. La finale du concours se déroulera ces 14 et 15 mars à la salle de sport Max Audain, à Frameries.

    Au fil des années, les Trophées de Belgique organisés par le Pass sont devenus pour les passionnés de robotique LE rendez-vous à ne pas manquer. Bien plus qu’un simple concours, les Trophées de robotique sont un projet d’éducation par la technologie s’adressant aux 8-18 ans et s’étalant sur plusieurs mois durant l’année scolaire. Le Pass propose des supports de formation et d’assistance pour permettre aux enseignants et responsables des rob2.jpggroupes participants d’imaginer et de concevoir leur robot filoguidé capable d’accomplir les tâches prévues dans un cahier des charges déterminé.


    Parmi les 31 équipes inscrites cette saison, la majorité vient des écoles de la Communauté Wallonie-Bruxelles, 2 sont originaires de Bazel en Flandre et une dizaine de groupes ont été créés au sein d’associations ou de maisons de jeunes.


    Le thème de cette année : le cinéma. Lors de la finale qui se déroulera les 14 et 15 mars à Frameries, les robots auront 1’30’’ pour monter l’éclairage, récupérer du pop corn, abaisser les claps, poser le tapis rouge ou encore gravir les marches du festival ! Les robots présentés par les équipes seront homologués en début de week-end. Ils participeront ensuite à 4 séries de matchs robob.jpgnon éliminatoires, de façon à mettre en valeur le travail des élèves. Les finales en elles-mêmes se dérouleront le dimanche 15 mars après-midi. A l’issue de cette finale nationale, 3 robots seront sélectionnés pour représenter la Belgique aux finales internationales Eurobot Junior.

    Trophées de robotique :
    Matchs : samedi 14 et dimanche 15 mars dès 10h.
    Finale : dimanche de 15 à 17h.
    Le public est le bienvenu pour assister aux différentes phases et encourager les jeunes !
    L’entrée est gratuite.

    robo.jpg

  • Frameries: le Ravel constellé d'ordures

    poubou.jpgDans le cadre de cette semaine qui traite de la problématique des déchets, votre blog communal vous proposé une vidéo pas piquée des vers. Vous y découvrirez le ravel, ce sentier de promenade, comme vous ne l'avez jamais vu...

    N'oubliez pas, ce samedi 14 mars 2015 de 10h à midi, une action de protestation contre ces dépôts sauvages doublée d'un ramassage citoyen est organisée par votre blog sur le ravel, au pied du pont Donaire. Toutes les infos en fin de vidéo.


    Imprimer Catégories : actu, vidéo
  • des ordures derrière l'hôtel communal

    PP3.jpgComme vous le savez, cette semaine, votre blog communal s'intéresse de plus près aux dépôts d'ordures et autres incivilités qui souillent Frameries et sont une vraie peste aussi bien pour les citoyens que pour les pouvoirs publics.

    Nous voici derrière la place de Frameries, à quelques mètres de notre bel hôtel communal. En bordure du petit parking public: des bulles à verre. Ici comme ailleurs dans l'entité, la présence de bulles à verre semble être une circonstance atténuante pour le dépôt d'ordures diverses. Un trou a été pratiqué dans le mur du parking. Il donne sur un jardin privé. Quelques pas suffisent pour découvrir l'ampleur du phénomène.

    Pour protester contre la dégueulasserie incontrôlable de certains citoyens, rendez-vous ce samedi 10h sous le pont Donaire (sur le ravel) - pour ceux qui ne connaissent pas le chemin rendez-vous est donné sur le parking de la gare de Frameries dès 9h45) pour donner un grand coup en nettoyant un véritable dépotoir.

    Cliquez ici afin de rejoindre l'événement facebook.

    PP2.jpg

    PP1.jpg

    Imprimer Catégories : actu, Frameries
  • la zone bleue expliquée

    dd1.jpgPalsambleu ! L’instauration de la zone bleue fait faire un sang d’encre à pas mal de citoyens. Si les commerçants concernés sont mitigés, pour les riverains c’est carrément la goutte d’eau qui fait déborder le vase (à tel point qu’une pétition a été lancée : cliquez ici).

    Il est grand temps d’exposer le point de vue l’Administration, afin de mieux comprendre ce qui a conduit à l’instauration de cette zone en centre-ville. Votre blog est allé à rencontre de Didier Draux, bourgmestre faisant fonction, et de Jean-Marc Dupont, député framerisois et bourgmestre en titre.

    Pouvez-vous nous expliquer la genèse de cette zone bleue ?

    Il y a une vingtaine d’année que l’on cherche à rénover le centre-ville de Frameries afin de redynamiser les commerces. Beaucoup de possibilités s’offraient : mobilité, sens unique, zone piétonne… En 2010, dans le cadre de la rénovation urbaine de Frameries, nous avons demandé une étude à l’Association du Management Centre-Ville qui, depuis 1997, s’occupe d’étudier le DD2.jpgdéveloppement des centres villes belges à caractère commercial, dans un but de revitalisation (le site de l’AMCV). Parmi les recommandations se trouvait la nécessité d’instaurer une zone bleue.

    Sur quoi se basait cette recommandation ?

    Suite à des relevés effectués sur place, on a constaté que les automobiles garées dans la rue des Alliées restaient en général plus de quatre heures au même emplacement. Ce taux de rotation, très bas, défavorise le renouvellement de la clientèle. En parallèle, il était également  nécessaire d’inciter les automobilistes à employer le parking souterrain de l’Epicentre, le centre commercial des 4 pavés. De cette manière, les places libérées en centre-ville seront accessibles à la clientèle de passage.

    Qui va gérer le parking souterrain ?

    Au moment de mettre en place ce parking souterrain, nous devions faire un choix : soit la commune le gérait, soit nous en confions la gestion à une société privée. Notre Administration n’ayant aucune compétence ou expérience dans le domaine, et les frais étant nombreux (caméras, DD3.jpgbarrières automatiques, distributeurs de tickets, permanence, entretien…) nous avons lancé, en 2013, un marché de concession via une décision du conseil communal.

    Et c’est la société Vinci Park qui a remporté le marché…

    Exactement. Il s’agit d’une importante société qui gère plus de 1,8 millions de places de stationnements dans 3.700 parkings à travers le monde. Il faut bien comprendre que la zone bleue était prévue dès 2010, et n’est aucunement liée à l’arrivée de Vinci Park à Frameries. Nous avons ensuite négocié avec Vinci Park en liant l’exploitation du parking souterrain à la gestion de la zone bleue. Par exemple, alors que Vinci Park réclamait 25€ de redevance pour toute voiture en défaut, l’Administration a négocié afin de ramener la redevance à 15€. Vinci Park réclamait également de mettre la rue Maroille en zone bleue. Nous avons refusé.

    A quel public s’adresse ce parking souterrain ?

    Aussi bien à la clientèle qu’au commerçants. D’ailleurs, de nombreux commerçants ont bien perçu le principe qui est de permettre un parking confortable et sécurisé, tout en libérant de la place en surface pour la clientèle. Par exemple, les banques Fortis et Belfius ont déjà pris des abonnements à l’année !  Je suis convaincu que d’ici peu la moitié des 92 places seront louées à l’année.

    Concernant les riverains. Ceux-ci vont-ils devoir sortir de chez eux chaque heure afin de mettre en ordre leur disque ?

    Tout d’abord il faut bien prendre conscience que le nombre de places de parking dans la rue des Alliés reste restreint. Ensuite, et sans vouloir abandonner pour autant les riverains, habiter en centre-ville apporte des avantages mais aussi son lot d’inconvénients. On avait pensé mettre des parkings riverains en bordure de la zone bleue. Mais cela n’aurait fait que reporter le problème : les riverains de ces rues-là auraient à leur tour dû se garer plus loin, etc… De toute manière le système n’est pas figé. Après un test de six mois, on verra si certaines adaptations pourront être apportées.

    L’instauration de cette zone bleue sera-t-elle la porte ouverte au placement d’horodateurs ?

    Pas du tout ! Pour rappel – certains s’en souviennent sans doute – il y avait des parcmètres dans la rue des Alliés il y a une vingtaine d’années. N’oubliez pas que se garer en zone bleue, pour peu qu’on en respecte les règles, reste totalement gratuit !

    Vous avez des questions à poser en rapport avec la zone bleue ou le parking souterrain ? Envoyez-les à votre blogueur : Didier Draux et Jean-Marc Dupont y répondront dans un prochain article.

    Imprimer Catégories : actu, Frameries
  • L’édito de l’écureuil démasqué : Frameries n'est pas une poubelle !

    1.jpgLa photo de gauche met en valeur un beau plat de pâtes au fromage jeté sans aucun chipotage ni aucun scrupule au beau milieu de la pelouse de la cour de l'Agrappe (il doit encore s'y trouver à l'heure où vous lirez cet éditorial). Encombrée par son gratin du soir précédent, il faut croire que la personne responsable de cette dégueulasserie a tout bonnement traversé la route avant de jeter son bazar comme ça, splotch.

    En promenade sur le Ravel, je croise un homme chargé de la gestion des sentiers de grande randonnée (GR). L’un comme l’autre stupéfaits devant le véritable dépotoir qui dégorge au pied du pont Donaire, il me dit : « Que c’est sale à Frameries. J’arpente le Ravel en long et en large. A Cuesmes ça va. A Pâturages c’est en ordre. Mais dès qu’on entre dans Frameries, c’est catastrophique ! ». Il y a des canettes en quantité, des sacs de frites, des fruits et légumes, du petit mobilier… Une vraie brocante pour les rats. Et c'est sans compter la pente qui, plus loin, rejoint la cité Floréal: 2.jpgon peut y admirer une véritable rivière d'ordures !

    Si on veut dresser un panorama textuel et visuel (voir les photos) exemplatif (et clairement non exhaustif) de la problématique des dépôts sauvages et autres cochonneries, il s’agit dès le début de battre en brêche les lieux communs et de faire halte aux idées préconçues.

    Premièrement, oui, il y a des jeunes qui s’en fichent et salissent tout, non ils ne sont pas les seuls responsables. En voici un exemple concret : il est 7 heures du matin. Très discrètement une petit vieille en peignoir sort de chez elle. Elle traverse la rue des mineurs. Elle tient à la main un sachet plastique plein : ce sont ses ordures ménagères. Arrivée à la cour de l’Agrappe, elle enfonce le tout dans une poubelle publique. Et si la place manque, elle dépose au pied de la poubelle.

    3.jpgDeuxièmement: il serait très malvenu de rejeter complètement la faute sur l'Administration Communale. Ces derniers temps, l'Administration, par l'entremise de ses ouvriers de voierie, a déployé des tréosrs de volonté afin de maintenir les rues du centre dans un état de propreté respectable. Est-ce assez ? Non, bien entendu: le barrage de l'hygiène publique craque de toute part. Mais la Commune peut-elle décemment engager et déployer dans les rues des milliers d'ouvriers ? Dans le fond, la commune fait ce qu'elle peut... Si on y réfléchit ce sont bien les citoyens qui jettent leurs ordures n'importe où, pas l'Administration ! 

    Bien sûr que la paupérisation et le manque d’éducation conduisent certains citoyens en perte de repères communautaires à ce laissez-aller. Mais le phénomène est des plus complexes. Ce qui est sûr et certain, c’est qu’un milieu déjà sale entraîne la saleté – spirale sans fin qui dédouane les pollueurs : « y’a déjà tellement de poubelles que ça n’est pas ma canette 0.jpgqui va changer grand-chose ». Bien sûr que la moindre porte ouverte (comme cette histoire de cartes d'accès à l'Ecoparc mal distribuées) permet aux crasseux de s'en donner à coeur-joie en souillant les coins reculés (et souvent ruraux ou arborés) de Frameries. 

    Les abords de la gare : canettes, papiers, vêtements. Les poubelles de la petite placette de la rue Maroille, celles des abords du parc de Frameries : ça déborde. Le sentier qui mène au bosquet Mirland : derrière un beau perce-neige trois sacs poubelles éventrés vomissent des canettes. Mont  des écureuils : crasse, petit mobilier, matelas. Alentours du terril du Grand-Trait : vêtements, sacs poubelles noirs, electro-ménager… La nuit, il arrive même que des cinglés passent les grillages entourant l’Ecoparc, se saisissent de tout ce qui traîne avant de tout balancer dans les environs.

    4.jpgUne solution miracle ? Peut-être peut-elle passer par une « révolte » généralisée du citoyen propre ? Il est trop silencieux, là où chaque dépôt d'ordure est un cri pour le crasseux ! Le citoyen propre doit le faire savoir, afficher sa colère, traquer la crasse, et même, carrément appuyer l’Administration !

    Ce samedi 14 mars 2015, une opération intitulée « Frameries n’est pas une poubelle » organisée par votre blog communal aura lieu de 10h à midi. Son but : opérer le nettoyage du Ravel au pied du pont Donaire, pour montrer que les gens propres en ont assez des incivilités, donner un signal fort aux pollueurs, ainsi qu’apporter un soutien citoyen à Frameries. Vous voulez agir ? Prévoyez des gants, une pince... Le rendez-vous est fixé dès 9h45 sur le parking de la gare.

    Il serait naïf de croire que ça changera tout – mais donner un grand coup de propre, ça fait du bien à Frameries !

    Imprimer Catégories : actu, appel, édito