- Page 5

  • le saviez-vous ? …l'hôtel de Frameries, à Lourdes !...

    Sur cette vieille carte postale malheureusement non-datée (mais visiblement antédiluvienne), on découvre qu'il y avait un "hôtel de Frameries", sur la route de Pau, à Lourdes. Sont-ce des pélerins framerisois qui décidèrent jadis de s'implanter à Lourdes ? Peut-être le bâtiment existe-t-il toujours (peut-être est-ce celui ci). Nous avons envoyé une demande d'information à la municipalité de Lourdes: peut-être un cercle d'histoire local aura d'autres informations.

    A noter, visible au rez-de-chaussée, entre les deux avancées: sans doute la tenancière, qui semble attendre les clients de pied ferme !

    Nous pouvons en tout cas être ravi qu'à l'époque, l'hôtel de Frameries proposait des "chambres confortables" et une "cuisine soignée" !

    curiosité Frameries hotel Lourdes.jpg

  • Laurent crée la « planche Bosquètia »

    5.jpgQuestion bricolage, le papa de Laurent Nawrocki, employé au Centre Culturel de Frameries, a des doigts en or. C’est comme ça que le petit Laurent a commencé par l’imitation et est finalement devenu autodidacte.

    « Déjà très jeune j’essayais de me débrouiller à réaliser des petits objets, d’abord en carton puis par la suite en bois, je me souviens que je coupais assez péniblement des planches de bois dans la cave de la maison familiale et je peux dire que je suais et surtout que je ne coupais pas droit ! raconte Laurent, tout 11c.jpgsourire.

    Il y a deux ans, la femme de Laurent lui a offert une « scie à chantourner ». De fil en aiguille il en est arrivé à officialiser cette activité. Laurent réalise à la demande des objets personnalisés.

    « Ma première « vraie » commande, explique Laurent, c’est celle de la boucherie Cédric et Emile : la commande de 100 planches « Bosquètia » découpées et pyrogravées fut un véritable défi ! ».

    12.jpgProchainement, Laurent va investir dans une machine qui va lui permettre de proposer une autre gamme d’objets, plus finement détaillés en découpe. Il va également se lancer dans des petits jouets pour enfants, dont des petites voitures en bois…

    Si vous souhaitez rencontrer Laurent et découvrir son univers, rendez-vous les 13 et 14 décembre prochains au Foyer Culturel de Saint-Ghislain, dans le cadre du Salon des Artisans…

    Quant à la déjà fameuse « planche Bosquètia », elle sera disponible dès ce vendredi à la boucherie Cédric et Emile, rue Roosevelt à Frameries.

    00.jpg

  • un visage mystérieux à l'Harmonie

    photo.JPGL'Harmonie, un café qui, sous la houlette de son nouveau patron Pierre Amoroso persiste à exister au beau milieu de la rue des Alliés, renferme un bien curieux mystère.

    Au grenier, une vieille boîte en bois couverte de poussière, et vitrée. Dans cette boîte, un moulage en plâtre de ce qui semble être un masque funéraire. Le visage est rond, détaillé. On y voit des rides, un nez aigu, des paupières épaisses.

    Si l'ensemble fait très "maison hantée", il n'en reste pas moins que ce visage a dû être celui d'un personnage important de Frameries - et pas forcément dans un temps lointain. Car sur le côté du plâtre, on trouve la signature du sculpteur: André Hupet (lire ici sa bio) qui permet de siteur la création du visage dans la seconde moitié du siècle dernier. 

    Toutefois, sans autre indication, difficile d'identifier la personne dont le visage est représenté. Certains pensent reconnaître le visage de Gérard Godefroid, le célèbre boulanger... Ne s'agirait-il pas plutôt d'un directeur patriculièrement populaire ou apprécié de la Royale Harmonie ?  

    Et vous... une petite idée ?

  • avant-après: la Cité Piérard vue du ciel !

    Voici un joli document comparatif qui montre une vue aérienne de la Cité Piérard (qu'on peut dater des années 60 - à préciser) et une vue actuelle type satellite qui émane de Google.

    A voir sur l'image: à l'époque, le parc venait manifestement d'être planté. Les arbres sont petits - ce qui contraste avec ceux qui, aujourd'hui, dominent complètement l'espace. Le "ziggourat" (monticule spiralé) central qui abrite aujourd'hui une table d'orientation (en miette) n'existe pas encore à proprement parler. Sur les deux cartes, la rangée de maison "des pensionnés" est bien là, alors qu'elle n'y sont plus, démolies il y a quelques années (sauf un reliquat dont nous vous avons parlée récemment). A l'époque, point de terrain de rugby ni de bâtiments (buvettes et vestiaires) au centre. Pas non plus de bâtiments à l'embouchure de la rue Dagneau...

    cité piérard avant après.jpg