- Page 4

  • chien errant

    chi.jpgCe matin vers 9h, des citoyens ont aperçu un chien type staff sûrement croisé bull terrier tout blanc entre la route de Salik et le parking du magasin okay, à La Bouverie. Il est craintif et à failli se faire écraser plusieurs fois. Est-il à vous ? En connaissez-vous le propriétaire ?

  • panne de courant: c'était prévu

    ICI.jpgOn a beau avoir reçu dans les boîtes aux lettres un billet prévenant d'une coupure de courant, c'est toujours très emm... Rue Roosevelt, dès 8h, l'absence de courant oblige à la débrouille. pas grave: on se passera de café et de tartines grillées. A la boulangerie Lumen on a pris les devants: "On a coupé le pain à l'avance ! explique la boulangère. Et on n'a pas fait de pâtisseries: le comptoir réfrigérant ne fonctionne pas". Au carrefour de l'ancienne place, les feux sont éteints. Un peu plus bas, quatre véhicules ORES sont en intervention au niveau de la cabine électrique. Un peu avant midi, le courant est remis: on dînera chaud ! ;)

    Imprimer Catégories : actu, Frameries
  • « une après-midi à Frameries », un édito de l’écureuil démasqué

    auteuretpageblanche2.jpgBon, c’est pas tout ça, mais notre Blogsquetia est un blog de presse, tout de même. Alors un éditorial, chaque semaine, ça n’est pas si bête. 

    La presse s’attarde toujours sur les événements, petits ou grands, bons ou mauvais. Dans cet éditorial, pas d'événements. Ou alors microscopiques. Nous allons simplement retracer l’après-midi normale d’un citoyen dans Frameries…

    Je sors de chez moi et m'engage dans la rue Roosevelt. Je passe à la boucherie Cédric et Emile. Emile est en train de tester un nouveau saucisson à la bière de Frameries. Ne pas oublier de revenir vendredi matin pour y goûter !

    Je prends à droite et remonte la rue Defuisseaux. A l'Agrappe, des jeunes s'activent. La Maison de la Prévention leur a proposé de remettre la cour de agra.jpgl'Agrappe en ordre, de rénover la rampe, et même de la taguer de manière artistique la semaine prochaine. Quelle bonne idée ! Ca méritera un reportage.

    Je me dirige vers le rond-point des 4 pavés et tourne dans la rue des Alliés. Je jette un œil à l’étal du nouveau boucher. Plutôt sympa: on peut goûter la viande, grillée sur un petit grill. Faudra que j’y repasse plus tard aussi. Un peu plus loin, je regrette que le magasin « Rock Attitude » ferme ses portes. En face, on va ouvrir un toilettage pour chiens.

    J’arrive à La Poste (pardon: "Bpost"). Il y a huit personnes devant moi. Vingt minutes plus tard, c’est enfin mon tour. Je prends mon paquet (une chouette veste pour ma fille). Il y a encore huit personnes derrière moi. C'est très équilibré.

    poste.jpgEtape suivante : le commissariat de Police. Le préposé finit par me demander de quoi il en ressort. Je viens pour une perte de documents. Il me demande de m’asseoir et de patienter. Une dame me suit. Elle se plaint de tapage nocturne à la rue Defuisseaux. L’agent de quartier lui répond : je ne sais rien faire, je fini à 17h. Faut appeler l’Intervention. « Mais quand je les appelle ils disent qu’ils sont occupés » explique la dame. "Alors le Roulage, répond l’agent. Mais si c’est tard c’est rare qu’ils viennent. A cause des budgets". La dame repart, déconfite. C’est enfin mon tour. Je vais pouvoir régler cette histoire de papiers perdus. Le policier s’installe derrière le bureau. « Alors, s’exclame-t-il, vous les avez perdu où, vos clefs de voiture ? ».

    Dernière chapelle : faire des courses au Champion (c’est un Carrefour depuis belle lurette mais tout le monde dit toujours le Champion – allez savoir pourquoi). Plus de choucroute. Je demande à une dame. « Ah non, y’a plus de choucroute ». Faut croire que l’Alsace est repassée à l’Est. A la caisse, ce sont les rouleaux de sacs poubelles blancs qui manquent à l’appel. « On n’en a plus », me dit la caissière. Puis, plus bas, sur un ton de complot : « Ca fait deux semaines. L’HYGEA ne nous en livre plus parce que le magasin ne paie pas les factures ! ».

    C’est l’heure de rentrer à la maison. Rue Roosevelt une voiture s’arrête. La conductrice me demande : « c’est bien par ici, pour aller à Tournai ? ». Pendant une fraction de seconde, j’ai failli dire : « oui ».

    Imprimer Catégories : édito
  • à propos des poubelles: l'explication du bourgmestre

    image_preview.jpgAvant de lire cette explication qui nous a été envoyée par Didier Draux, bourgmestre faisant fonction, lisez cet article (en cliquant ici).

    "Je découvre à l’instant l’article concernant le ramassage des immondices à la rue Maury.

    Tout d’abord, je tiens d’emblée à rassurer les riverains que le problème de la mauvaise collecte, récurrent lors de la mise en place de cette nouvelle Intercommunale, est à ce jour devenu ponctuel. Il arrive néanmoins que nous devions encore appeler l’Hygea pour intervenir pour certaines rues oubliées. Les autres communes sont aussi dans le même cas. C’est pour cette raison que l’on peut voir des petites camionnettes dans les rues un autre jour que le jour prévu initialement.

    Je tiens aussi à rappeler que lorsqu’il y a un jour férié dans la semaine que le jour de ramassage est automatiquement décalé au lendemain, beaucoup de citoyens ne le savent pas encore ou l’oublient simplement.

    En ce qui concerne l’étroitesse de la rue Maury, les riverains, avant la mise en place de la nouvelle Intercommunale, s’accordaient ensemble pour le déplacement de leur véhicule le jour du ramassage.

    Il est évident que s’il reste une seule voiture dans la rue, le camion ne s’y engage pas avec les conséquences que l’on connaît !

    Quoi qu’il en soit, j’invite les riverains, de toutes les rues de l’entité, à nous signaler immédiatement le problème afin que nous puissions réagir sur le champ afin d’éviter d’une part que les sacs ou autres cartons ne soient éventrés sur la voirie et d’autre part que le service pour lequel le citoyen paye soit rendu dans son intégralité.

    Je suis et serai toujours très attentif à ce qu’il en soit ainsi.

    N’hésitez donc pas à contacter l’Administration".

    Didier Draux

    Imprimer Catégories : actu
  • Crescendo n'attend que vous !

    llc.jpgCréé en 1978, le groupe vocal framerisois Crescendo se porte comme un charme. Nous sommes allés à la rencontre d'une choriste, Lin-Lai Thauvoye qui ne désire qu'une seule chose: partager sa passion avec le plus grand nombre !

    A 22 ans, Lin-Lai vient d'être diplômée en puériculture. Sa passion - vous l'avez compris-, c'est le chant ! "Ce sont mes parents qui ont découvert Crescendo grâce à une de leur affiches présentes un peu partout dans Frameries, explique-t-elle. Ils ont décidé de m’y inscrire il y aura bientôt 16 ans". Au début Lin-Lai n'avait aucune compétence particulière en chant. Mais grâce à l'équipe de professeurs, elle s'est rapidement améliorée. "Il ne faut pas hésiter à s'inscrire, s'exclame-t-elle. Crescendo est comme une grande famille qui partage la passion de la musique et du chant. Et d'ailleurs, ajoute-elle avec malice, quand on y entre... cc.JPGc’est pour longtemps, car c’est tellement chouette qu’on ne veut plus partir !

    Alors si vous aimez chanter, à l'image de Lin-Lai, n'hésitez pas à contacter le groupe vocal Crescendo. Les séances se passent le vendredi 18h30 à la Maison du Peuple de Frameries, et on peut venir jeter un oeil...

    Infos: Valérie Saudoyer au 0476/523.948. Crescendo dispose d'une page facebook (cliquez ici).

  • vidéo: des châteaux de cartes à gogo !

    mini.jpgCe dimanche se tenait la première compétition framerisoise de Châteaux de Cartes. L'occasion pour les participants de faire preuve d'habileté, de sang froid... mais aussi d'une solide dose d'humour.

    Une après-midi très conviviale que relate, ci-dessous, ce diaporama des meilleures photos (de Vincent Algrain et Stephen Vincke), dont le fond sonore n'est autre que le reportage réalisé pour le journal régional de la radio Vivacité (RTBF).

    Pour le voir en plus grand, cliquez ici.