- Page 4

  • Le sportif du mois : Taylor Lecocq (Eugies) et la danse

    T1.jpgChaque mois, le blog de Frameries met un sportif à l’honneur. Pas nécessairement la plus grosse pointure mais un citoyen bien dans ses baskets, qui se donne la peine de pratiquer régulièrement un sport ou de le valoriser. A la fin de l’année, les lecteurs de Blogsquetia auront l’opportunité d’élire le « sportif de l’année 2013 ».

     

    Cette fois, nous vous présentons Taylor Lecocq, danseur émérite issu de la fameuse école de danse framerisoise : Arte Corpo.

     

    Taylor est un natif de Frameries qui est parvenu, à force d’effort, à récemment transformer sa passion en un métier. Vous l’avez compris : Taylor danse. Et depuis son plus jeune âge. « La perfection n’existe pas, s’exclame d’emblée Taylor. La danse réclame de la rigueur, de la vigueur, du travail et de l’application : il faut toujours aller plus loin pour se surpasser ».

    T2.jpg« Quand j’étais enfant et que ma mère demandait ce que je voulais faire quand je serais grand je répondais aussitôt « danseur étoile ». Je ne me l’explique pas. C’était comme ça, explique Taylor, un sourire amusé aux lèvres. J’ai commencé à l’âge de 5 ans à la plaine de jeux. On faisait des petits spectacles et on me mettait en vedette : j’eu ainsi l’occasion d’endosser le rôle de Claude François… »

    Puis, à ses 9 ans, Taylor entre à l’école de danse framerisois Arte Corpo, au cours de Nathalie Jager. « Je me rappelle être sorti du cours en sanglotant : je voulais déjà faire comme les autres, je voulais apprendre vite ! ». Par la suite, Taylor a glissé du hip-hop vers la danse classique. Il s’est également essayé au jazz, au flamenco, au funky latino, au new style…

    « Vers mes 12 ans, quand j’ai commencé le contemporain avec Valérie Mathieu [la directrice d’Arte Corpo], je me suis enfin dis que j’avais trouvé ma voie. Le contemporain fut une révélation ».

    T3.jpgA 16 ans, après des études secondaires à l’école du Sacré Cœur, Taylor, dévoré par le virus de la danse, part à Liège suivre des humanités chorégraphique, ou il suit coup sur coup l’option « danse classique » et « danse contemporaine ».

    « En rhéto, j’ai eu mon premier vrai cachet, témoigne Taylor, tout sourire : j’ai dansé à l’Opéra Royal de Liège. C’était pour l’opérette « Le Pays du Sourire »… Par la suite j’ai passé diverses auditions qui m‘ont permis d‘intégrer deux compagnies : La Compagnie Francine De Veylder (dans les Flandres), et la Compagnie Gare Centrale (une compagnie de « théâtre-objet » mêlant danse et théâtre) ».

    Actuellement, par un juste et admirable retour des choses, Taylor enseigne à Arte Corpo !

    « Mon but,  explique le jeune professeur qui habite maintenant Bruxelles mais repasse chaque semaine par la case Frameries , est de créer ma compagnie, mes spectacles, de voyager et de continuer à faire de formidables rencontres ».

    T4.jpgQuand on lui demande si c’est facile de trouver sa route dans le monde de la danse, en tant que garçon, Taylor se fend d’un sourire amusé : « C’est bien plus facile de jouer au foot que de danser ! Le niveau de rigueur et de technique est très élevé ! Pour se faire une idée, le mieux, finit-il par conclure, reste de venir voir un cours de danse ou d’assister à un spectacle ».

    ...et merci Taylor pour cette séance photo originale !

  • chez nos voisins: les "payelles" de la Saline

    SALINE1.jpgEn quittant Sars par la traversée du bois, sur la route de Dour, très précisément à le rue de Ropaix, se tient le célèbre Relais de la Saline. Que vous soyez installé à l'aise sur la terrase ou dans la chaleureuse salle, parmi les spécialités proposées, vous découvrirez avec joie la savoureuse "planche boraine". Accompagnée de frites et pain, sur cette planche repose quantité de tout ce qu'un borain peut souhaiter se mettre dans l'estomac: cervelas, boudin blanc, saucisse blanche, tête pressée... (voir photo du bas). Si vous voulez manger chaud, nous vous conseillons une "payelle", poêle servie à table et contenant selon la variété: des pommes de terre, des lardons, du chorizo, du fromage...

    Alors Si vous voulez sortir un peu de notre entité et déguster des plats de brasserie roboratifs et goûteux, rendez-vous au Relais de la Saline ! Leur site ici.

    SALINE2.jpg