- Page 5

  • avec le soleil, de nouveaux commerces fleurissent à Frameries !

    missafricz$.jpgLes travaux touchent à leur fin, le soleil arrive... c'est en effet le moment idéal pour lancer une nouvelle activité commerciale ! Certains s'y sont pris plus tôt (la friterie "Alex", dont vous lirez l'interview bientôt) quand d'autres se préparent à ouvrir leurs portes...

    Ainsi, notez l'ouverture de la brasserie MISS AFRICA dès ce vendredi 12 juillet à 15h. La brasserie, située rue Defuisseaux (en face du loeur de DVD), vous proposera ses spécialités africaines dans un cadre chaleureux à l'ambiance assurée... Je connais un blogueur qui ira prochainement y jeter un oeil pour vous... :)

  • EXCLU : la réouverture des 4 pavés est prévue fin de semaine prochaine !!!

    553543904.jpgPlus qu'une semaine dormir et on y sera ! Après des mois compliqués tant pour les automobilistes que pour les piétons, les 4 pavés vont redevenir l'axe central de la commune. En effet, fin de semaine prochaine (c'est à dire jeudi 11 ou vendredi 12 juillet), le rond-point, achevé, sera praticable. Un heureux retour quasi à la normale. Seule la portion de la rue Dufrane comprise entre les 4 pavés et la rue Bosquétia restera fermée à la circulation jusqu'en octobre. Cette portion de rue, énormément pratiquée par les entreprises en charge du nouveau complexe des 4 pavés, sera rénovée d'août à octobre 2013 dans les mêmes matériaux que la rue des Alliés. En attendant, ne boudons pas notre plaisir ! Et tordons le cou aux rumeurs qui circulent : oui les bus articulés sauront emprunter sans soucis le rond-point (ça a été calculé par des ingénieurs en collaboration avec le TEC, l'air de rien), non il n'y aura pas de "rabotage" des trottoirs (ils ont été calculé aussi : ça ne s'improvise tout de même pas !): les travaux s'achèvent et c'est tout ce qui compte ! Un peu plus de soleil, et on serait presque heureux ! :)

    Vous retrouverez plus d'infos à ce sujet dans l'édition prochaine du journal communal.

  • La sportive du mois : Fleur Sizaire (Eugies), capitaine des Coumères

    file132_zps7df44f7e.jpgChaque mois, le blog de Frameries met un sportif à l’honneur. Pas nécessairement la plus grosse pointure mais un citoyen bien dans ses baskets, qui se donne la peine de pratiquer régulièrement un sport ou de le valoriser. A la fin de l’année, les lecteurs de Blogsquetia auront l’opportunité d’élire le « sportif de l’année 2013 ».

    Cette fois, nous vous présentons Fleur Sizaire, jeune maman capitaine de l'équipe féminine de rugby !

     

    Fleur, veux-tu te présenter en quelques mots ?

    J’ai 27 ans, je vis en couple, je suis employée dans le secteur culturel. J’ai un enfant et un deuxième en route !

     

    Comment as-tu découvert le rugby ?

    J'ai découvert le rugby à l'école, lors de mes études secondaires. La discipline était proposée en cours de sport. J'ai véritablement accroché dès le premier entraînement et, l'année suivante, j'ai quitté mon club de handball pour m'inscrire en France, à Villeneuve d'Ascqu.
     
    Peux-tu nous raconter quelques moments forts ?

    _DSC4352_zpsa1bb5bb6.jpgJ'en retiens cinq. Tout d'abord, ma saison en France où j'ai découvert le haut niveau (titre de championne de France de Division 2 cette saison-là). J'ai énormément progressé là-bas. Ensuite la découverte et l'intégration des « Coumères » (d'abord entente Mons-Frameries puis Frameries seul) [ndb : les « coumères » est le nom que porte l’équipe de rugby féminine du Rugby Club de Frameries]. Ce qui devait être une saison provisoire l'est depuis 8 ans maintenant, sans aucune envie de partir ! J'ai surtout découvert une ambiance et des filles qui veulent travailler et progresser. Je retiens également mon passage comme entraîneur où j'ai pu transmettre ma passion aux plus jeunes, notamment à des filles qui nous ont rejoint cette saison. Ça été un véritable sentiment de fierté de jouer avec elle et de les voir évoluer à ce niveau. Puis nos 2 titres de championne de Belgique : une superbe récompense pour le travail accompli. Enfin, notre saison 2010-2011, qui est sans doute mon meilleur souvenir. Tout y était ! Notre chemin s'est arrêté en finale où nous avons perdu mais le groupe a vraiment vécu quelque chose d'unique que je souhaite à tout sportif de vivre. 
     

    Devenir capitaine des "coumères" c'était une volonté ? C'est arrivé comment ?

    Oui et non. Disons que, dans le sport, j'ai toujours eu un tempérament fort, un besoin de motiver les troupes, de râler parfois...! Mes coéquipières me donnent d'ailleurs le doux surnom de "Capitaine rabat-joie". La décision est ensuite venue des joueuses et entraîneurs de me désigner comme capitaine. Pour moi c'est un honneur car les filles me font confiance, je dois leur prouver 320319_359019874180322_138119306_n.jpgqu'elles ont raison et leur montrer la voie pour qu'on aille toutes dans la même direction. Je suis fière d'elles, de ce qu'elles donnent sur le terrain, de ce qu'on accompli ensemble, et ça me booste encore plus.

     

    Toujours facile de concilier vie de famille/professionnelle et pratique d'un sport ?

    Pas toujours facile, non, mais ayant toujours baigné dans le sport depuis mon plus jeune âge, c'est pour moi inconcevable de ne pas  concilier les deux. J'ai la chance d'avoir un conjoint qui comprend cela et m'aide d'un point de vue logistique. 

     

    Quels conseils donnerais-tu à une fille souhaitant pratiquer ce sport ?

    D'essayer, de franchir le pas. Il ne faut pas être un garçon manqué pour pratiquer le rugby ! L'avantage de ce sport est que chacune y trouve son compte. Il y a de la place pour tout le monde: une jeune fille en surcharge pondérale sera tout aussi importante pour l'équipe qu'une championne de 100 mètres. Nous avons besoin de profils différents, de filles ayant des qualités différentes : c'est une des grandes richesses de ce sport ! 

     

    Quels regards ont les rugbymen sur les rugbywomen ?

    Certains ne voient aucun inconvénient. D'autres estiment que le rugby n'est pas fait pour les filles. Chacun son avis ! Le principal est que ceux qui ne sont pas convaincus par le rugby féminin le disent dans le respect des joueuses. De manière générale, les gens ne connaissant pas le rugby féminin sont surpris dans le sens où ils s'attendent à voir débarquer une équipe de garçons manqués; c'est loin d'être le cas et les barrières tombent dès lors très vite. Ils sont également surpris par l'intensité des contacts, des actions et ne s'attendent pas à ce que "ça joue".

     

    _DSC4361_zpsf45e7dea.jpgCe sport se pratique-t-il différemment quand on est une fille ?

    Oui, la puissance physique n'est généralement pas notre qualité principale, du coup, nous essayons de proposer un jeu debout, davantage dans l'évitement, ce qui permet d'utiliser nos qualités. Ceci dit, les règles sont les mêmes, avec mêlées, touches, etc

     

    Quelles sont tes attaches avec Frameries ?
    Ce qui devait être du provisoire est très vite devenu du concret ! Je suis licenciée au club depuis 8 ans, sans envie de le quitter. J'ai acheté une maison à Eugies. Je suis bien partie pour y rester ! J'ai trouvé une convivialité qui me plaît bien !
     
    Pratiques-tu ou as-tu pratiqué d'autres sport ?
    Issue d'une famille sportive, le sport - et plus particulièrement le sport collectif- a toujours fait partie de ma vie à très forte dose! Je ne pourrais d'ailleurs faire sans. J'ai commencé le basket à l'âge de 5 ans, puis j'ai fait du handball pendant 8 ans avant d'atterrir au rugby.

     

    RCF.jpgTon sentiment sur les résultats des derniers matchs et saisons des coumères ?

    Nous nous attendions à passer une saison délicate dans le sens où nous intégrions dans l'équipe 6 jeunes de 15 ans qui montaient de catégorie. Finalement les résultats ont dépassé nos espérances: les jeunes ont parfaitement appliqué et "senti" le plan de jeu proposé et se sont très bien intégrées au groupe. Nous terminons la saison en 1/2 finale des play off, éliminées par Dendermonde, championnes de Belgique, avec pour fierté d'avoir été l'équipe ayant réussi à leur inscrire le "plus" de points. De bon augure pour la suite! 


    Comment vois-tu les années à venir, pour l'équipe féminine du Rugby Club Frameries ?

    La difficulté de notre sport est que les doutes resurgissent chaque année. En effet, comme le rugby féminin est encore méconnu, nous avons peu de jeunes filles en école de jeunes et nous ne sommes pas "auto-suffisantes" en terme de nombre. Nous avons la chance d'avoir un noyau dur qui poursuit chaque année, mais à long terme, cela sera un problème. Et c'est vrai que les grossesses compliquent également la tâche...! Il suffit qu'une fille arrête, qu'une autre parte en erasmus et qu'une troisième soit enceinte pour que nous nous retrouvions en difficulté. L'idéal serait d'avoir, dans chaque catégorie de jeunes, 3-4 filles qui puissent alimenter le groupe sénior de manière régulière. Nous pourrions alors envisager l'avenir plus sereinement et travailler sur le long terme. 

     

    Le site du Rugby Club de Frameries: http://www.rugbyframeries.be

  • rectificatif article "maya ou pas maya ?"

    983951_442112082551152_336812304_n.jpgL'Administration Communale souhaite apporter un rectificatif à l'article publié sous l'intitulé: "maya ou pas maya ?" (cliquez ici). Elle renseigne que la personne apparaissant sur la photographie n'est pas un ouvrier communal, mais bien un ouvrier de l'intercommunale IDEA - bien que la confusion soit tout à fait compréhensible vu que les vêtements de travail sont un peu similaires). Que, contrairement à ce que renseigné, l'image n'a pas été prise à portée de ruche puisque dans le secteur de la station d'épuration (visible à l'arrière-plan), c'est à dire la zone industrielle, nulle rucher n'est recensé...

  • dans le journal: "un mariage médiéval à Frameries !"

    maco.jpgNous publiions il y a quelques jours une photo d'un mariage médiéval pratiqué à l'Hôtel de Ville de Frameries ce week-end. Cette image illustre aujourd'hui un article à propos des mariages costumés, dans les pages du journal "La Province" ! Procurez-le-vous ou cliquez ici afin d'accéder au résumé de l'article sur le site du journal.