Sars-la-Bruyère : Journal de Guerre

Couverturejournal1.jpgDe dramatiques anecdotes se transmettent oralement de génération en génération depuis le terrible mois de septembre 1944, lorsque l’armée Allemande, en pleine débâcle, traversa Sars-la-Bruyère. Pendant quatre jours, le paisible village va être traversé par des colonnes de soldats en pleine déroute, dont la 2ème SS Pzd. Das Reich, tristement célèbre pour avoir perpétré les crimes que l’on connaît à Tulle et à Oradour-sur-Glane, en France.

Des civils sarois furent pris en otages, le village bombardé, les habitants se réfugièrent dans les caves, les récoltes furent détruites… On raconte l’intervention du soldat américain Gino Merli, qui stoppa inopinément l’avancée de l’ennemi.

Une épopée à la fois connue et méconnue, morcelée, en grand péril, le temps passant et les témoignages de première main se faisant de plus en plus rares, de disparaître…

Bien des années après avoir été frappé par ces anecdotes lorsqu’il était encore enfant, Christophe Blondiau embrassa naturellement une carrière de professeur d’histoire. A l’heure actuelle il enseigne au Lycée Provincial d’Enseignement Technique du Hainaut (ETH) à Saint-Ghislain.

Soixante sept ans après les faits, après avoir collecté de nombreux témoignages et documents, Christophe Blondiau publie aujourd’hui un essai sur ces journées terrifiantes que connurent Sars-la-Bruyère.

Pour l’enfant qui écoutait bouche-bée ses aînées relater ces sombres moments de l’histoire saroise, la boucle est ainsi bouclée.

L’ouvrage, édité à 500 exemplaires, est disponible dès à présent au prix de 12€.

Vous pourrez l'acquérir le 27 août et 1er septembre à Sars-la-Bruyère ou dès à présent en contactant l’auteur:  blondiauchristophe1@gmail.com

L'ouvrage est disponible à la Maison de la Mémoire et de la Création (Place d'Eugies), ainsi qu'à la bibliothèque de Frameries (rue de la Libération, 40b, La Bouverie).

mblondiau.jpg

Christophe Blondiau, l'auteur

DSC02938 (2).JPG

Chaussée Brunehault près de la ferme Delhaize lieu actuel de l'attaque d'une colonne allemande d'artillerie venue de France par des Lockheed P-38 Lighning américain.

image0 (17).jpg

Gino Merli en janvier 1995 près de la plaque commémorative installée en son honneur au monument aux morts des deux guerres mondiales, sur la place de Sars.

DSC02958.JPG

Le soldat américain Gino Merli âgé de 20 ans en septembre 44 à Sars.

Commentaires

  • vraiment interessant.
    félicitation à monsieur blondiau et à ses parents.
    e. romain à sosoye ( les montagnards)

  • Le frère de mon grand-père ABEL CAILLIAU a été tué lors de cette débacle
    en 1944. Son nom figure sur le monument à Sars.

    Mon grand-père était Gaston CAILLIAU né à Sars, il est enterré à Uccle/Bruxelles
    sur la pelouse des anciens combattants de la guerre 14.

    Mon père ROGER CAILLIAU aussi enterré sur cette même pelouse, 2è guerre.

  • Merci pour tous les reconnaissances. Mon oncle ete a Sars La Bruyere avec G Compagnie, 2d Btn 18th Infantry Regiment.

  • Bravo pour votre super article, assez complet et limpides, interminable existence à votre blogue.

  • pour monsieur christophe blondiau,
    bonjour monsieur, toujours très bien à lire.
    amitiés à vos parents,
    bon rétablissement et bon courage à votre maman.
    ernest romain de sosoye

Les commentaires sont fermés.