y étiez-vous ?

  • inauguration de Cavavin Frameries (vidéo)

    Jeudi soir, l'enseigne Cavavin Frameries se déployait dans l'Epicentre.

    Les invités à la soirée inaugurale en garderont sûrement un merveilleux souvenir. il faut dire qu'Anne, Karl, et Philippe avaient mis les petits plats dans les grands. Dégustation de vin (of course), dégustation de fromages (magnifique buffet de Xavier Adam), ambiance décontractée et chaleureuse, le tout pour 250 personnes. Ceci expliquant sans doute que la soirée, qui avait commencé à18h se soit terminée aux alentours de minuit !

    Cavavin Frameries: 6000 bouteilles vous y attendent !

    Infos au 065/78.07.71.


  • Sars: on a fait Lambert ! (vidéo)

    Comme chaque année, le premier soir de la Ducasse Lambert a été le théâtre de la fabrication collective du fameux Lambert - destiné à être brûlé lors de la ronde paysanne de dimanche soir (22h30 - 23h).

    Ils auront été nombreux à s'y mettre - et de 7 à 77 ans ! - pour confectionner l'ami Lambert qui, cette année, a décidé, dans un élan de coquetterie, de porter la cravate !

    Voici, ci-dessous, la jolie vidéo de cette réanimation à grand renfort de paille !

    Et pour le programme de la Ducasse Lambert, cliquez ici ! ;)

     

  • quand Frameries était "Happy" !

    Ca fait déjà deux ans que l'équipe du tournage du clip Happy Frameries se lançait sur les routes de l'entité dans l'objectif de capter tout ce qui bougeait à Frameries. Résultat des courses, après un laborieux travail réparti sur plusieurs jours et mené tambour battant, 500 framerisois ont été captés en train de gigoter dans plus de 70 lieux, et le clip diffusé quelques mois plus tard.

    Le minisite du clip existe toujours à l'adresse : http://happyframeries.blogspot.be/

    CLIQUEZ ici pour visionner le reportage réalisé à l'époque par téléMB.

    okDSCF7889.jpg

     

  • le ballon ORES est resté cloué au sol

    IMG_6104.jpgPour cette deuxième tentative, le ballon ORES allait-il prendre le large ?

    Souvenez-vous, en avril 2016, lors de la première tentative, les conditions climatiques avaient empêché le décollage. Et ce vendredi soir, sur la place de Frameries, tandis qu'arrivaient les grappes de curieux, un vent glacial soufflait déjà le chaud et le froid sur le décollage de l'aérostat...

    Attendant les nouvelles avec une certaine anxiété, le gagnant du concours 2016 permettant de faire le vol à bord du ballon, Djavid Hamidi, qui avait pour l'occasion fait réaliser des t-shirts (voir photo ci-dessous), patientait.

    Finalement, malgré toute la bonne volonté des techniciens et celle non moins bonne de l'autorité communale venue mettre la main à la pâte, l'aérostat ne décollera pas. Il sera promptement enroulé et rangé. "Bah, ce sera pour l'année prochaine", tempère Djavid, un peu déçu, tandis que le vent, de plus en plus glacial, continuait d'enrouler ses anneaux sur la place.

    Cela n'a pas empêché les amateurs de profiter du lancement du Festival de Jazz. Certains s'étaient tout bonnement enroulés dans un plaid et d'autres sirotaient du thé ou du café toute la soirée en écoutant South Connotation et Second Souffle respectivement Chez Louise et sur l'espace séparant les terrasses de La Flamme et de la Taverne des VIII.

    Cliquez ici pour accéder à la programmation du Jazz Festival 2017.

    IMG_6093.jpg

  • gala de boxe: en quelques mots et quelques photos

    Samedi dernier, le gala de boxe a offert un spectacle total aux nombreux amateurs du genre.

    Violence sans doute, mais maîtrise des corps, domination de l'espace, sueur, colère rentrée, et tension palpable. Dès le gong, le public disparaît rapidement. Le vacarme se fait silence. Et les deux danseurs de hasard, sous la lumière crue des projecteurs, s'entrelacent, se giflent, roulent des mécaniques... jusqu'à la claque terminale.

    Après la mortelle farandole des amateurs, voilà la montagne Tahar Achour qui se glisse sur le ring. Ses supporters sont en délire: ils encerclent le ring, brandissent le poing, chantent, éructent, piétinent, invectivent leur champion. Tahar a l'écorce épaisse et huilée. Quand il tourne la tête, sa mâchoire grince. Indéboulonable Terminator quaregnonais, il est vaincu aux points par son adversaire, le véloce Mitat Sabani.

    Vient enfin celui qu'on aura attendu depuis le premier gong. La terreur aux poings d'acier. Le régional de l'étape qui frappe enfin à domicile: Timour Nikarkhoev ! Et son passage (tout comme sa frappe) aura été éclair puisqu'au second round, déjà, le poing d'acier mettait Ortiz, son adversaire, K.O.

    Autrefois, la boxe était un sport populaire au Borinage. Des matchs se donnaient très régulièrement aussi bien dans les salons communaux que dans les maisons du peuple. Le gala de samedi était une occasion de se replonger dans l'ambiance d'autrefois, tout en découvrant l'art et la manière des boxeurs d'aujourd'hui.

    Les photos n'illustrent pas nécessairement le texte.

    ok18l.jpgok11l.jpgok2l.jpgok15l.jpgok8l.jpgok1l.jpg

  • Arte Corpo: chaud sur scène... et dans la salle !

    18767311_10213226215158084_417047931_o.jpgCe week-end, la salle Magnum, archi-comble pour le gala annuel de Arte Corpo, a endossé le rôle de la marmite à pression !

    Il faut dire que, la météo aidant, la température à l'intérieur de l'édifice avait de quoi faire pâlir les plus courageux. Comment ça, une salle d'un tel renom ne dispose pas de la plus élémentaire des climatisations ? Ben il faut croire que non. Détail qui, de toute façon, n'a pas empêché les spectateurs d'apprécier les évolutions des danseurs sur scène lors de tableaux évocateurs en danse classique, en contemporain, ou encore en hip-hop.

    Comme chaque année, certains tableaux tenaient véritablement de la magie (et non du miracle, Valérie Mathieu, directrice de l'école de danse, étant de toute évidence une magicienne) quant on sait le nombre élevé de danseuses (et de danseurs) sur scène - l'exemple le plus flagrant en était le ballet "Cendrillon", ou des dizaines d'élèves évoluaient de concert avec grâce, tourbillonnaient, s'effaçaient avant de réapparaître, dans un mouvement rythmé avec une minutie qui donnait le tournis.

    18789633_10213226124035806_835958797_o.jpgSi le gala de danse Arte Corpo prend parfois des allures de marathon avec plus de 4 heures de spectacle total, il reste, chaque année, ce qui se fait de mieux dans le domaine. En fait de marathon, il s'agit d'un copieux repas. Mieux: d'un festin ! "Même si ma fille devait arrêter la danse, et bien je reviendrai quand même voir l'an prochain", témoignait un papa ravi. Il faut dire qu'avec un tel spectacle à la fois optimiste, travaillé, envoûtant, gracieux et créatif, comme le disent les gens de chez nous: "on en a pour ses yards !".

    Mille bravos aux danseurs, aux professeurs de danse, et à l'équipe de bénévoles qui ont encadré tout ça (ils étaient encore occupé à vider le camion de matériel ce dimanche à 22h30 !). Le compliment de la fin va, naturellement, à Valérie Mathieu, la femme-orchestre, qui, année après année, continue à s'engager avec une indiscutable sincérité dans la conduite de la meilleure école de danse du Borinage, de Belgique, d'Europe, du Monde !

    En illustration, quelques images prises par la maman d'une élève: Aurélie Derudder.

    18788973_10213226124155809_1509056064_o.jpg

  • Arte Corpo à "Tout Mons danse" (photos & vidéo)

    portrait.jpgL'école de danse framerisoise Arte Corpo a fait exploser la place de Mons !

    Ce mois de mai, "Mars" a organisé le festival Tout Mons Danse, à Mons. Dimanche, le "Soul Train" invitait les citoyens, les curieux, les branchés, et les passants à de déhancher à la façon de John Travolta, à s'habiller en Tina Turner, ou a se lancer dans une chorégraphie endiablée à la Jackson Five !

    Et pour encourager les amateurs et encadrer les volontaires, qui de mieux que les élèves de notre école de danse framerisoise: Arte Corpo ? Cocorico ! Et les élèves de Valérie Mathieu s'en sont donnés à coeur joie comme vous le verrez sur les quelques photos et la vidéo ci-dessous ! 

     

    1.jpg4.jpg2.jpg