rencontre

  • cinéma: un matador à Frameries !?

    AAEAAQAAAAAAAA1kAAAAJDUxMTEzYTk5LTRiZGMtNGY2Ny1hNDg2LTAzZDRjOTMxZjljMQ.jpgFrancisco Palomar est un enfant de Frameries. Il a grandi dans la rue Donaire et reste bien connu des riverains. Il revient au pays dans l'idée de tourner un long métrage de cinéma.

    Fils d'immigré Espagnol, Francisco se souvient des longues heures de jeu qu'il pratiquait, à l'époque, dans le cimetière de Frameries. C'est un peu de ça dont parle le script du futur film - à tout le moins c'est en grande partie dans le cimetière que le décor est planté. Un film ? Mais oui: un long métrage de cinéma, carrément.

    L'écriture du scénario de "Le Fils du Matador" a pris de longues années à Francisco. Et le voici, ce scénario, en passe d'être présenté à la Commission d'Aide au Développement.

    Dans le but de démontrer la faisabilité et l'intérêt du futur long métrage aux membres de cette Commission, Francisco a décidé de tourner trois scènes clefs, cet été, à Frameries, qui seront capturées sous la forme d'un court métrage autonome. Pour ce faire, il aura besoin d'un coup de main de la population > ICI.

    En attendant, n'hésitez pas à LIKER la page Facebook (cliquez ici) ou à vous abonner à la chaîne YOUTUBE (cliquez ici).

    Votre blog framerisois s'engage d'ores et déjà aux côté de la production et de Francisco Palomar: nous vous parlerons régulièrement de l'avancement du projet.

    Ci-dessous, quelques images des premiers repérages de Francisco à Frameries et La Bouverie, et une featurette.

    Pour toute info -> lefilsdumatador@outlook.be !

    IMG_5130dd.jpgIMG_5116s.jpg

  • VIDEO : première sortie des "b'iau d'gilles et leus dames"

    DSC_0060c.jpgLe vendredi 28 avril, le nouveau groupe folklorique framerisois les B'iau d'gilles et leus dames sortait pour la première fois.

    Nouvellement organisé, récemment déménagé à la Maison du Peuple de Frameries, les gilles et leus dames s'en sont donnés à coeur joie en démarrant leur petit périple au coeur de l'Epicentre.

    Si ça vous tente de contribuer au maintien de notre folklore, si vous voulez claquer du sabot en rythme, le groupe est à votre disposition tous les dimanches de 10h à 12h à la Maison du Peuple de Frameries.

    Bienvenue aux petits, aux grands...et aux dames !


  • Epicentre: Lili vous propose de bien dormir

    Lili Fratini vient de poser ses valises… enfin ses matelas, à Frameries !

    Lili Fratini, 36 ans, vit à Frameries depuis 7 années, dans l’appartement qui fut autrefois l’étage de la Ducale Fanfare, à la rue des Alliés. « Je suis née à Mons, raconte Lili, j’ai vécu dans les Ardennes, je suis passée par Wasmuel, et me voici à Frameries – et je dois dire que je m’y sens bien ! ».

    ok-IMG_9892-logo.jpgEducatrice, Lili s’est retrouvée dans le secteur du meuble avant de recevoir une formation dans le domaine de la literie… et d’adorer ça !

    « Ca fait 4 ans que ma société est en activité, explique-t-elle. Agents itinérants, mon mari et moi faisons les foires en Belgique, au Luxembourg, et un peu en France. Nous disposons de 3 stands distincts. Dans quelques jours, d’ailleurs, et jusqu’au 8 mai, nous avons un stand à la Foire de Printemps, à Paris, à la Porte de Versailles ! ».

    Il y a un mois, Lili a ouvert le magasin de literie « Naturelle Literie », dans l’Epicentre.

    « Nous avons décidé d’ouvrir un magasin, pour disposer d’un port d’attache et lever un peu le pied sur les salons. L’assortiment va du sommier à l’oreiller en passant par la couette, et en allant jusqu’au télélift (la télé qui s’escamote dans le cadre du lit !) ». Moyen et haut de gamme, le magasin propose aussi des produits qualitatifs pour les petits budgets.

    ok-IMG_9833-logo.jpgMais ce que Lili propose surtout, c’est un accueil et des conseils sur mesure, pour des produits à la carte.

    « On n’imagine pas le bien-être qui découle d’avoir une bonne literie ! s’enthousiasme-t-elle. Mon plus grand plaisir reste de conseiller mes clients ». Même lors de l’achat d’un oreiller, Lili procède à une petite étude morphologique, prend des mesures…

    Plus d’infos ?

    Rendez-vous sur place, téléphonez au 065 95 56 56, ou bien rejoignez la page Facebook du magasin en cliquant ici.

  • Laissez-vous tenter par la nouvelle Tentation ! (ça déménage !)

    On le sent d'emblée: il s'est fait plaisir Leandros Pitropakis ! Et, à bientôt 32 ans, il le mérite, l'heureux patron de la sandwicherie La Tentation.

     "La Tentation" a ouvert ses portes il y a 7 ans, le 1e avril 2010. Après une année dans un local près du coiffeur Rony, et six autres au 47 rue des Alliés, la sandwicherie vient de faire un saut de puce en s'installant juste à côté, anciennement Chez Creteur.

    articleblog1b.jpg"Ici, c'est vraiment chez moi, s'exclame Leandros. J'ai pu faire les choses comme je l'entendais. Décorer à ma manière. J'ai pu me permettre toutes les libertés !".

    Et le résultat est tout bonnement époustouflant. La sandwicherie est lumineuse, chaleureuse. Il y a un grand sofa qui donne envie de s'installer des heures. Des fauteuils doux, des tables hautes. Chacun peut manger son repas dans l'espace qui lui convient: rapide ou  tranquille. Ca fleure bon le bois. La pierre. C'est simple: on pourrait y vivre et s'y sentir parfaitement chez soi !

    Prochaine étape (après un peu de repos, hein !): Leandros va s'atteler à développer sa carte et ses produits. "J'ai envie d'innover, de tester de nouvelles choses, de "faire laboratoire", d'amener un plus et d'attirer des gens hors de Frameries".

    Leandros, on le voit, ne manque pas d'ambition. Porté par un enthousiasme et une énergie inébranlable, il en a les moyens.

    Pour vous informer, commander vos sandwichs... ou féliciter Leandros, composez le 065/80.12.52 !

    Pour rejoindra sa page Facebook, cliquez ici.

    articleblog2b.jpg


  • Xavier Adam: vos yeux (et vos papilles) n'en reviendront pas !

    Capture d'écran 2017-04-08 03.03.28.pngXavier Adam a installé son établissement de bouche dans la rue des Alliés, face à l'Epicentre.

    Auparavant traiteur et épicerie fine, l'endroit est maintenant devenu un restaurant (le service traiteur est toujours maintenu). Depuis la fermeture de l'Assiette au Beurre (nous en reparlerons prochainement), l'Atelier Gourmand est devenu le restaurant framerisois proposant la cuisine la plus contemporaine et créatrice, aux produits rigoureusement sélectionnés - pour un prix absolument abordable.

    Voici l'énumération de quelques plats, énumération destinée à vous mettre l'eau à la bouche:  Saint-Jacques en coquille, son chicon braisé, sa chantilly fumée; le suprême de pintadeau fermier accompagné d'asperges, jus au Porto et chips de vitelottes ; rose de veau braisé et laqué au soja, sésame et chips de légumes ; petit carré d'agneau rôti, sa croûte d'herbes, son jus au romarin...

    Chez Xavier Adam, on est loin des restaurants gastronomiques aux assiettes tellement vides qu'un passage à la friterie est nécessaire après repas. Les assiettes servies à l'Atelier Gourmand IMG_7118OKcor.jpg(on peut d'ailleurs emporter les plats via le service traiteur) sont non seulement colorées, équilibrées, et stupéfiantes en goût... mais aussi roboratives ! Il nous revient à l'esprit un extraordinaire potage crémeux à la pomme de terre, foie gras poêlé, oeuf cuit à 63°, et chips de légumes qui avait fait autant de bien aux yeux, qu'à l'estomac ! (photo de droite).

    A noter que l'Atelier Gourmand s'est tout récemment doté d'un vivier: vous pouvez y choisir votre homard et en demander une préparation selon votre envie... Une manière originale qui intéressera les amateurs.

    Si vous retrouver devant les assiettes de Xavier Adam vous tente, profitez de la nouvelle opération "Samedi Fou": chaque deuxième samedi du mois (au soir) un menu surprise (avec choix) 4 services avec vin/soft/café pour 40euros ! 

    Prenez contact et/ou réservez au 065/84.35.88.

    Et rejoignez la page Facebook en cliquant ici ! ;)

    samediFOUOKOK.jpgpâques2017.jpg

  • Eugies: ouverture de "coiffure Rosine"

    Ouvrir un salon de coiffure : le rêve de Rosine Foucoux est enfin exaucé !

    Ce mercredi premier mars, Rosine Foucoux, eugéienne de 32 ans, a exaucé sont rêve en ouvrant son salon de coiffure, à Eugies. Coiffeuse depuis 2 ans comme indépendant complémentaire, Rosine et son compagnon ont complètement transformé le garage de la maison qu'ils ont acheté voilà 9 ans à la rue de l'Aisette. Le nouveau salon de coiffure est chaleureux - et le sourire de Rosine n'y est pas étranger.

    D'origine française, diplômée en coiffure, Rosine travaillait auparavant chez Colruyt. "Devenir indépendante est un grand changement, jubile-t-elle. Avec le salon de coiffure je reste à la maison. Ca me permet de voir mes enfants toute la journée !".

    IMG_5963v.jpgA l'occasion de cette ouverture, Rosine a une pensée émue pour son papa, André Foucoux. Lui qui l'avait poussée à lancer son activité en lui promettant qu'il serait son premier client, a malheureusement été emporté par la maladie en décembre dernier.

    La salon de coiffure se trouve au n°41 de la rue de l'Aisette. On y coiffe la femme, l'homme, et les enfants. Vous pouvez prendre contact au 065/65.04.45.

    Rejoignez la page Facebook de Rosine Coiffure en cliquant ici.

  • Elie, jeune centenaire, s'en est allé rejoindre les siens

    13726622_10209505877698583_149044314544772582_n.jpgC'est en novembre dernier que nous avions fait la connaissance d'Elie Smal, à l'occasion de son centième anniversaire. Elie avait terminé sa carrière à la brigade de gendarmerie de Frameries en 1972 et passait des jours paisibles et entourés dans une maison de repos à  Flénu.

    Le personnage, dans une forme olympienne, plaisantait avec Elio Di Rupo venu le saluer à l'occasion, et recevait avec fierté des mains de Pol Bouviez la croix vermeil, plus haute distinction de la Fédération Nationale des Anciens Prisonniers de Guerre. Nous avions mangé un bout de gâteau en sa compagnie et ce moment, bref, nous avait à tel point charmé que nous nous étions engagé à aller prochainement réaliser son interview - sa vie étant émaillée de pas mal d'aventures (lire ici). 

    Ces aventures se sont malheureusement terminées ce vendredi 13 janvier: Elie, jeune centenaire, s'en est allé rejoindre les siens. Nous en garderons le souvenir impérissable d'un homme hors du commun, d'une force de la nature  dont la sagesse d'un vie se traduisait par un humour de tous les instants. "On partagera un café", lui avais-je dit. "Plutôt une bière !" avait-il rétorqué.

    Le blog de Frameries présente ses sincères condoléances à sa famille ainsi qu'à ses proches.