promenade / voyage

  • les commerçants de Frameries au Far West !

    article 1.jpgJuchés sur des chevaux, stetson sur la tête, des commerçants framerisois ont découvert Frameries autrement.

    Dimanche, des commerçants de Frameries se sont mis courageusement en selle et, sous la houlette de Michel Deligne (Western Rando asbl), encadrés par des bénévoles, ils ont pu bénéficier d’une balade ensoleillée dans la campagne et les rues de Frameries.

    Quand on est un néophyte complet en matière équestre, ça reste toujours impressionnant de monter sur un cheval. Le bruit des fers sur le pavé, la chaleur de l’animal et sa personnalité, le maintien des rênes… Tout un apprentissage pour Fabian (Pro Photo), article 3.jpgCaroline et Santina (Studio Freebird), David (Informath), Toni (Chaussures Arto), et Salvatore (La Flamme). Mais le stetson noir sur la tête a permis d’emblée d’être « dans le personnage » et c’est l’air crâne qu’après une pause chocolat chaud sur la pierre de l’ancienne gare de Frameries ils ont accédé au sommet du mont des écureuils.

    Retour pépère au ranch (à Mascaux) après une heure trente qui s’est avérée un vif plaisir pour les participants qui ont eu droit à un champagne de bienvenue accompagné de quelques canapés...

    D’autres balades identiques réservées aux commerçants de Frameries se dérouleront fin février et fin mars. Rejoignez (et aimez !) la page Facebook des commerçants (en cliquant ici) pour en savoir plusBientôt l’ensemble des photos de la balade sera posté sur cette page.

    Une organisation de Western Rando (asbl), de Les Commerces de Frameries (GPCA), sur une idée originale de Michel Deligne.

    article 2.jpg

  • de bien beaux sentiers, à Noirchain

    promsenNoir-3.jpgCe dimanche matin, à l’occasion de la Semaine des Sentiers et à l’initiative de Bernard Sirault, une quarantaine de marcheurs et de curieux se sont engagés sur les sentiers de Noirchain.

    L’objectif ? Outre de prendre le bon air et de (re)découvrir les aspects les plus champêtres de Noirchain, il s’agissait de jeter un œil à la réfection des sentiers réalisée durant l’été par des jeunes de l’entité, encadrés par la Maison de la Prévention (en photo : deux jeunes et Fabien Duquesne). Quelques explications historiques ont été données en cours de route par le 1er échevin.

    Le verre de l’amitié au Foyer Rural a clôturé cette promenade sympathique et vivifiante.

    promsenNoir-2.jpgC'est en effet du 27 juillet au 5 août, dans le cadre de l'opération "été solidaire", que 7 jeunes de Frameries, encadrés par la Maison de la Prévention, ont donc redonné un coup de neuf à deux sentiers de Noirchain - à la suite de quoi ils ont également participé au nettoyage et à la création d'un jardin à la cité Belle Vue, à la Maison de la Citoyenneté.

    Citons ces courageux jeunes gens : Nathan Gilson, Rohan Vangottom, Jimmy Mouillez, Sylvain Gusciglio, Morgane Dufrane, Madisson Lerat, et Janson Vanhullebush.

    promsenNoir-4.jpgpromsenNoir-5.jpgpromsenNoir-1.jpg

  • découvrez le parcours "Bosquètia"

    « Il est t’t aussi tranqueill’ qu’in moulon d’vains s’neusette »… « On n’bût nî pus raucè qu’à l’installation d’in champette »… « Foc elle est sec, elle keyroût sus in pan les trinkes s’ari’nt faites »…

    A partir de ce samedi 15 octobre, et pour plusieurs jours, Frameries et les villages de l’entité découvriront, au détour d’une rue, d’un parc public, cachées çà et là, quelques expressions savoureuses en patois local. Pas besoin pour autant de se promener avec son dictionnaire, une traduction est prévue sur la quantité de petits panneaux qui fleurissent un peu partout, à l’initiative du Centre culturel de Frameries.

    PP1.jpg« Nous avons voulu surprendre la population à travers une démarche ludique, qui suscite la curiosité des plus jeunes, et réveille des souvenirs chez d’autres, comme une sorte de jeu de mémoire collective », souligne Patrick Robert, l’animateur-Directeur du Centre culturel. « Le Patois de Frameries, ou plutôt les patois de l’entité de Frameries, ce ne sont pas simplement quelques jurons ou mots galvaudés, mais un parler riche et truculent. Ce que nous voulons, c’est apporter des sourires autour de ce patrimoine commun et faire (re)prendre conscience de sa richesse, justement ». 

    Le « Parcours dialectal » ne s’arrêtera pas à la découverte des expressions boraines, puisque le centre de Frameries fera, quant à lui, la part belle aux fables de Bosquètia. « Nous voulons montrer qu’il existe une vraie littérature boraine, notamment à travers Bosquètia, qui nous a laissé un patrimoine littéraire inestimable. Les fables sont des moments de pur bonheur, inspirées des fables de La Fontaine, elles sont bien plus qu’une traduction, mais une véritable adaptation à l’époque et surtout à la région. Un vrai régal ! »

    PP2.jpgA différents endroits de Frameries, les Framerisois pourront donc découvrir des extraits des fables de Joseph Dufrane (dit Bosquètia), avec leur correspondance française, version « La Fontaine »…

    Avec un petit jeu à la clé, puisqu’il est proposé au public de partir à la recherche des fables, d’en retrouver le titre (en français !), et d’envoyer le tout au Centre culturel, via le formulaire-réponse disponible sur le site www.ccframeries.be. A la clé, de chouettes paniers garnis à gagner ! 

    Ce samedi 15 octobre également, dès 20h, les membres de l’académie Bosquètia des patois de Frameries lanceront ce « parcours dialectal », avec une soirée intitulée « de Bosquètia à La Fontaine », consacrée à la lecture vivante des quelques-unes des meilleures fables de Joseph Dufrane, dit Bosquètia, dans une ambiance conviviale autour de la fameuse « grogne », un mets typiquement local ! 

    Alors, n’hésitez plus, amusez-vous en partant à la découverte du patrimoine littéraire de la cité du Bosquètia, dès ce 15 octobre… « Enn c'est nie co Frameries » ! 

    Renseignements – informations : Patrick ROBERT- Animateur-Directeur du Centre culturel de Frameries – 0495/22.32.36 

    Centre culturel de Frameries, Chemin de l’Etang, 2 – 7080 Eugies (Frameries) – 065/66.48.00

    PP3.jpgPP5.jpg