politique

  • Frameries: les politiciens en mode western !

    art2-b-BLOG.jpgCe dimanche matin, à l'invitation de Michel Deligne, c'est neuf femmes et hommes politiques de Frameries (et un blogueur !) qui se sont gaillardement élancés sur les grandes plaines boraines, en chevauchant de fiers destriers. Encadrée par Western Rando, la randonnée avait pour but de passer un moment à décompresser hors des sentiers battus - terme qui n'a sans doute jamais été aussi explicite !

    Et pour cause: à l'ombre du mont Ostène, ballotés par le vent froid et le soleil rude, il y avait là, portant le stetson, le marshall Jean-Marc Dupont escorté de son adjoint Didier Draux. "Calamity" Florence Van Hout (les cheveux blonds au vent) et Manu "Dalton" Di Sabato. L'inquiétant Bernard "Butch" Sirault suivi par l'as de la gâchette Arnaud "art3-b-BLOG.jpgBuffalo" Malou et de son comparse Julien "Doc" Donfut, les yeux plissés par le soleil, en quête d'un duel au pistolet... En queue du gang, impérial, le général Pol "Lee" Bouviez sur son fringuant canasson un poil rétif. Restée sur le bord du chemin en raison d'un genou capricieux, Isabelle "Ma" Urbain a vivement encouragé les cavaliers en poussant des cris et des sifflements tapageurs à la manière des pionnières de l'Ouest d'autrefois.

    Guidé par l'agile trappeur Michel Deligne (au profil de cheyenne farceur), l'inquiétant possé a ainsi parcouru le RAVEL avant d'emprunter la rue de Mons, de longer la R5, et de retourner, cinq kilomètres plus loin, à l'écurie, le fessier et les genoux émoulus, mais ravis d'avoir pris le bon air framerisois.

    Le verre de l'amitié s'en est inévitablement suivi - il n'avait jamais été aussi attendu ! :)

    art4-b-BLOG.jpgReste à saluer le courage (ou la folie) de ces cavaliers du dimanche qui n'avaient, pour la plupart, jamais eu l'occasion de monter à cheval. Il est vrai que l'ambiance western a heureusement facilité l'approche de l'animal.

    Pour terminer cet article, comment ne pas vous inviter à avoir une pensée émue pour votre blogueur qui, investi de sa mission de chroniqueur, a, lui aussi, cavalé pour prendre les photos qui illustrent cet article... mon pauvre postérieur réduit en bouillie... allez, je plaisante ! ;)

    Plus d'infos à propos des randonnées "western" en cliquant ici.

    Pour voir plus de photos, sur la page Facebook de Western Rando, cliquez ici.

    art9 BLOG.jpgart5-b-BLOG.jpgart6-b-BLOG.jpgart7-b-BLOG.jpgart8-b-BLOG.jpgBLOG groupe.jpg

  • Les Boudineux de La Bouverie: "le Rallye des Politiques"

    IMG_4944.jpgLes Boudineux, vous connaissez ? C'est le nom de ce nouveau cercle de crossage au paillet, qui est venu au monde à La Bouverie en janvier de cette année ! Le crossage est un des plus vieux sports du Borinage. On le dit l'ancêtre du golf ! Et sa version "au paillet" se joue avec une herse que laquelle on pique des prix (les "oiseaux") que les crosseurs cherchent à faire tomber en envoyant la soule (la balle) d'un puissant coup de crosse (une vidéo explicative en cliquant ici).

    Dimanche dernier, Les Boudineux ont orchestré une compétition d'un genre un peu particulier. A leur invitation, le "Rallye des Politiques" a vu en effet se rencontrer autour de la crosse et de la soule des politiciens de tout Mons Borinage, tous statuts et tous partis confondus !

    Si certains d'entre eux ont pratiqué en connaisseurs (comme Jean-Pierre Lépine, bourgmestre de Quaregnon, en photo d'en-tête, ou encore Didier Draux, bourgmestre en titre de Frameries, photo de gauche), d'autres ont été initiés en douceur par Jean-Claude Lefèvre, crosseur émérite des Boudineux et co-responsable du Cercle.

    Si aucun oiseau n'a été abattu (pas de Roi cette année !), gageons que ce moment de complicité autour d'un sport patrimonial a plu, et que l'an prochain, le "Rallye des Politiques" fera retentir un peu plus fort encore notre culture boraine !

    Cliquez ici pour accéder à l'album photo. Ici, le site des Boudineux.

    IMG_4917.jpgCapture d'écran 2016-04-26 06.52.46.png

  • Louis Piérard naissait il y a 130 ans

    pi2.jpgEcrivain et homme politique qui a marqué son époque, Louis Piérard est né le 7 février 1886, il y a exactement 130 ans dans la maison familiale de l’actuelle rue des DamesPersonnage important du passé de Frameries, voici un bref aperçu de sa vie riche.

    A cette époque, la classe ouvrière luttait pour défendre ses droits. A 11 ans, Louis récitait du Bosquètia. A 16 ans, il créait, à Frameries, la deuxième plus ancienne université populaire de Belgique. En 1905, âgé de 19 ans, il publiait ses premiers poèmes et n’arrêta plus d’écrire. Maniant l’allemand, l’anglais, l’espagnol, le néerlandais, à 44 ans il devenait journaliste à « L’Avenir du Borinage », au « Soir », au « Peuple », au « Monde »… Entré en politique, il fut bourgmestre de Bougnies de 1932 à 1951, puis député. Il devait décéder inopinément en novembre 1951, lors d’un voyage à Paris. Enterré dans le cimetière de Frameries, il avait 65 ans.

    pi1.jpgEn pratique, que reste-t-il de Louis Piérard, aujourd’hui, à Frameries ? Il a donné son nom à la Cité Piérard, bien entendu. Au cœur de cette cité, d’ailleurs, face à l’entrée des terrains de sport, se trouve un mémorial dressé en son honneur en 1959 (réalisé par André Hupet, plus d'infos ici), et récemment remis en ordre par les Commandos Patrimoniaux de Frameries (voir ici la vidéo) – un coup de frais bienvenu. Et puis, la boucherie familiale est toujours là, à la rue des dames. Il existe également une Fondation Louis Piérard – toujours pilotée par Raoul Piérard, propre neveu – qui veille aux intérêts de la mémoire du grand homme.

    Comme le montre l'extrait de presse ci-dessous extrait d'un quotidien publié en 1986, de nombreux citoyens vinrent rendre hommage au monument de la cité Piérard à l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Louis Piérard. Cet anniversaire fut d’ailleurs constellé d’événements divers (expositions, hommages, conférences…).

    Il se murmure qu’un dossier sera prochainement soumis à la sagacité de l’Administration communale afin de faire apposer sur la façade de sa maison natale une plaque commémorative. Ce serait bien le minimum pour honorer la mémoire de Louis Piérard qui fut, est, et restera, une des figures les plus importantes de Frameries, et qui a fait rayonner bien loin une "autre" image du Borinage.

    p3.jpg

  • Pol Bouviez: la discrétion efficace

    1.jpgAu jeu des chaises musicales qui s'est enclenché ces derniers jours, suite à  l'élection de Jean-Marc Dupont en tant que député, c'est Didier Draux qui est devenu bourgmestre faisant fonction. Il fallait donc qu'un nouvel échevin remplace ce dernier. Et c'est Pol Bouviez qui a été désigné. Nous avons donc décidé de dresser le portrait de cet homme politique framerisois dont on dit qu'il est à la fois discret et appliqué...

    A 56 ans, Pol est licencié en sciences chimiques et agrégé de l'enseignement secondaire supérieur. Il est actuellement responsable du laboratoire de chimie de Hainaut Vigilance Sanitaire, à Mons. Il est marié depuis 1983 à Marie Anne dont il a eu une fille: Marion.

    En octobre 2006, Pol était déjà entré au Collège communal. Sa fonction principale d'échevin des Finances lui a permis de connaître le fonctionnement d'une commune dans tous ses compartiments car les finances touchent finalement tous les domaines. "Je me souviendrai encore longtemps de ma première présentation du budget communal, explique-t-il. Installé depuis à peine 2.jpgun mois, j'ai dû, très humblement, défendre, face à une assistance mieux aguerrie, l'acte prévisionnel de toute une année".
    Ses meilleurs souvenirs lors de cette mandature restent toutefois ceux découlant de ses autres responsabilités: l'échevinat des Sports et celui de la Mémoire. C'est grâce à ces compétences qu'il a pu créer des manifestations comme le Salon des sports - devenu une vitrine des clubs de Frameries - ou la Quinzaine de la Mémoire.

    Plus proche de nous, au lendemain des élections d'octobre 2012, rien ne laissait supposer que Pol Bouviez puisse reprendre une fonction au sein du Collège. Son score électoral  n'avait pas été à la hauteur de ses espérances. Comme on l'a lu, un concours de circonstances en a décidé autrement. "Ma réintégration quasi à mi-mandature ne deviendra un succès que si ma présence procure un plus à l'équipe en place, s'exclame le nouvel échevin. J'espère que l'expérience que j'ai acquise durant la précédente mandature pourra être porteuse".

    Il faut dire que Pol retrouve les Finances, un travail de gestion interne sans doute ingrat puisque sans aucune visibilité vis-à-vis des citoyens, mais évidemment tellement essentielle.  "A 3.jpgl'heure où les communes wallonnes enregistrent moins de recettes et sont contraintes à pallier à de nouvelles dépenses, je mesure la difficulté de ma tâche: celle de stabiliser les finances locales et de maintenir l'équilibre budgétaire, explique-t-il". Il lui faudra également découvrir et assimiler ses autres domaines de compétence: l'urbanisme, l'aménagement du territoire, et la mobilité.

    Pour terminer ce portrait, la parole est laissée à Marion, la fille de Pol.  "Mon père est un homme discret, ambitieux, dévoué, critique et rigoureux, nous confie-t-elle. Rayon défauts: il est obstiné et parfois distrait. Il est aussi très sportif !" Il est vrai que Pol pratique régulièrement le cyclisme et le jogging... vous ne serez pas long à l'apercevoir sur la route !