Noirchain

  • Noirchain: c'est dégueu !

    Capture d’écran 2019-03-12 à 10.26.50.png"Au plaisir d'arpenter les doux sentiers de Noirchain s'ajoute dorénavant la possibilité, en toute discrétion et facilité, de déposer ses ordures. N'hésitez plus et débarrassez-vous de ce qui vous encombre ! Et pour les marcheurs du samedi et les cyclistes du dimanche, pas de panique : un léger bond ou un zigzag maîtrisé suffisent pour éviter l'obstacle ! Les botanistes en herbe s'émerveilleront sans doute de voir poindre entre le reliquat d'une jonquille malade et l'ombre fragile d'une perce-neige tardif, une bouteille de Silan (délicat à la pêche), une paire de charentaises, ou un préservatif noué autour d'un flacon de déo".

    Extrait de la brochure touristique "Frameries aujourd'hui".

    Oui, je suis fâché. Comme bon nombre d'entre les citoyens (du moins j'espère). Citoyens qui ont tout simplement envie de pratiquer leur territoire communal en toute simplicité sans patauger dans la merde. Des citoyens qui ont envie de faire découvrir la ruralité sans devoir expliquer à des enfants en bas-âge que des "méchants monsieurs" sont venus déverser leurs poubelles au beau milieu du paysage, à cinq mètres d'un ruisseau; que c'est pas bien, etc.

    Mais comment en est-on arrivé là ?

    Au premier chef: une société qui nous recouvre véritablement d'emballage plastique. Il suffit de voir le rayon boucherie du nouvel Intermarché, tout droit sorti d'un film de Ridley Scott. Il suffit de regarder notre frigo, le moindre jouet ou objet acheté, pour constater qu'en notre époque de crise écologique, la transition "écologique" est loin d'être entamée. Dois-je encore citer ce mouton mort il y a deux semaines à Saint-Ghislain d'avoir ...avalé des débris de cannette dans son pré ? Devra-t-on faire ingurgiter des lames d'acier à celui qui a jeté la canette, histoire de bien lui faire comprendre ?

    Puis, d'un côté, on a bien entendu l'indélicatesse criminelle de parfaits crétins qui se permettent de vider leur remorque sur un chemin de campagne, faisant fi de tout ce qu'on peut lire entendre et voir à la télé ou sur les réseaux concernant le monde moderne, le plastique, la pollution, etc. Des crétins (et le mot est faible) qui s'imaginent soit que la Terre finira par absorber leur dépôt (100 ans pour une canette, 400 ans pour un Pampers !), soit que, de toute façon, y'aura bien un malheureux ouvrier ou un citoyen bénévole pour leur torcher le derrière !

    Et d'un autre côté, une Administration qui a toutes les peines du monde à entamer un semblant de réaction face au phénomène. Car il faut croire que malgré la répétition des dépôts à certains endroits connus de l'entité, jamais n'y seront apposés des panneaux rappelant le devoir citoyen, et l'idée, manifestement fausse, que la Commune veille. Parce que ces espaces de circulation, ces espaces publics, à être ainsi "abandonnés" (pas de signalisation pour les promeneurs, pas d'incitation à la promenade, ...etc) ne peuvent qu'être "colonisés" par nos fameux crétins qui, à l'abri des regards et de toute surveillance, s'en donnent, comme vous le voyez, à coeur joie ! Oulà, je vois déjà l'arrière-garde se confondre en explication, en justificatif, et brandir des chiffres. Arrêtez de justifier votre impéritie !

    Car de beaux lieux de promenade, des sites agréables et entretenus, sont non seulement bons pour l'image que les citoyens ont de leur commune (et l'image qu'elle peut avoir vers l'extérieur) mais figurez-vous que c'est aussi créateur d'emploi ! Car attirer des gens sur un territoire en vantant les mérites de sa culture, de son patrimoine, de ses paysages, ça permet à des métiers d'émerger, et ça soutient même les commerces existants via le passage des promeneurs qui, après leur balade, c'est bien connu, souffrent toujours d'une grande soif !

    Alors ça n'est peut-être pas créateur d'autant d'emplois qu'une rutilante usine à frites, hein, on est bien d'accord... lol...

    Peut-être faut-il voir, justement, dans cette impéritie non seulement le manque de pratique du territoire par les décideurs, mais aussi la volonté profonde qu'un jour prochain tous ces sentiers ruraux et ces espaces publics parfaitement inutiles se transforment en de rutilantes usines à frites, bien huilées. Parce que finalement, gérer un parc, organiser la tonte des pelouse, prévoir des endroits fleuris, des lieux de détente propre à l'abandon, des bancs, etc... et bien il faut croire que c'est moins excitant que de jouer à l'agent immobilier !

    Votre écureuil vous salue bien.

    53672018_549043525584463_1679027940072882176_n.jpg

    Ci-dessus photo prise hier...

    et ci-dessous photo prise au même endroit fin décembre...

    Capture d’écran 2019-03-12 à 10.54.24.png

    54516004_253432528944398_1441320638613553152_n.jpg

  • Focus: c'était "Noirchain en fête"

    Le soleil et la foule s'étaient donnés rendez-vous ce dimanche à la brocante de Noirchain.

    Record battu pour la brocante du petit village campagnard qui accueillait cette année 398 brocanteurs, à la grande satisfaction du jovial Bernard Sirault. "Je suis très satisfait, explique-t-il: le week-end s'est bien passé. Le samedi, belle procession, crossage et jeu de quilles dans une ambiance conviviale. Ce dimanche: une journée sans soucis avec énormément de visiteurs...".

    Sur les réseaux sociaux, les internautes partagent la même impression même si la plupart des posts et des commentaires expriment essentiellement la chaleur et la canicule. Mais tout le monde sait que chiner, de toute manière, ça donne soif ! ;)

    A noter, le témoignage de Salvator, promeneur sympathique et lecteur de Blogsquètia, qui émet l'idée d'en revenir à autrefois, lorsqu'il y avait un débit de boisson au coeur de la brocante (au calvaire).

    Il est vrai que les deux débits actuels (le chapiteau situé sur la place du village et la taverne du zoning - dont les Carlsberg étaient bien fraîche, foi de blogueur !) sont éloignés d'un kilomètre, ce qui n'est guère confortable pour les brocanteurs qui se trouvent au centre du dispositif. En outre, il n'y a également qu'une seule "baraque à frites" devant laquelle la file s'avère parfois interminable lors des heures de fringale...

    Cela n'aura toutefois pas empêché les chineurs de chiner, les promeneurs de promener, et la brocante de se dérouler paisiblement cette année encore.

    IMG_20180805_090004-01.jpg

  • le coup d'oeil de Willy #7

    Willy 7.jpg"Quand la nature reprend ses droits, à Noirchain rue d'Asquillies..."

    Willy Wattier, 63 ans et fils d'Emile le coiffeur, est originaire de Frameries. Amoureux de ses pierres, il habite Noirchain. Il est passionné de photo et de l'histoire locale. Chaque mardi, il propose, sur Blogsquetia, son "coup d'oeil".