La Bouverie

  • La Bouverie: Julie a ouvert une friperie !

    Une friperie dans le "Family Center" de La Bouverie: en voilà un bonne idée !

    Le long de la rue de l'Industrie, le "Family Center" a été rénové (et bien rénové - lire ici) en 2014 (il avait souffert d'un incendie en 1999). Aux côté de l'indéboulonnable café "La roue", du lavoir automatique et de la friterie Carlo (lire ici), on attendait avec impatience l'implantation d'enseignes qui tardaient à venir, jusqu'à finalement, faut d'actualité, n'y plus jeter qu'un oeil las de temps à autres.

    Et bien avec l'arrivée de la Friperie Julie, c'est du passé !

    Julie Cheron est originaire de Frameries, née à l'hôpital de Frameries, et habite Frameries (un parcours parfait !). "Je regardais une émission à la télé, explique Julie, et j'ai découvert que du côté de Charleroi il y avait des friperies. Et je me suis dit "et pourquoi pas à La Bouverie !". 

    Ce fut chose faite le 4 avril dernier, avec l'ouverture de la Friperie JulieOn y trouve des sacs, des bijoux, des vêtements pour femmes et enfants (de bébé à 14 ans). 80% de la marchandise est neuve.

    Attention: inutile de débarquer avec vos cartons remplis de linge : il n'y a pas de dépôt et pas d'achat sur place. Toute la marchandise provient de fournisseurs.

    Et, dans la foulée de vos achats chez Julie, n'hésitez pas à pousser la porte de la friterie tout à côté, c'est Chez Carlo (on en a parlé ici) et Carlo n'est autre que le compagnon de Julie.

    Entre friperie et friterie, un couple sympa et ambitieux !

    Cliquez ici pour rejoindre la page facebook de la friperie ! ;)

    32806128_10204696613890901_7879699330846687232_n.jpg

  • votre blogueur a testé la friterie Chez Carlo

    Je me suis tout d'un coup rendu compte: "Mais enfin qu'est-ce que tu fous ? Tu n'es pas encore allé à la friterie Chez Carlo ? Et tu te prétends framerisois !?"

    IMG_20180426_191622.jpgIl faut dire que quelques jours auparavant, sur les réseaux sociaux, j'avais vu ledit Carlo en train de danser le sirtaki (ou la macarena) dans sa friterie. Le bonhomme se dandinait furieusement et, d'après le commentaire, c'était un jour comme les autres. Il faut dire aussi que le régime de ma femme nous avait poussé elle et moi dans nos derniers retranchements: il devenait urgent de mettre les graines et le fromage blanc 0% de côté pour se taper une bonne frite.

    Alors, sans faire ni une ni deux, on a planté les enfants chez ma mère, et on s'est pointé chez Carlo, notre curiosité matinée d'une pointe d'inquiétude, voir même d'angoisse. Après tout, un homme capable de cuire les frites en dansant le sirtaki (ou la macarena) n'est-il pas capable de tout ? Nous avons donc poussé la porte de la friterie (ma femme est entrée la première: on ne sait jamais) et sommes entrés, sur la pointe des pieds.

    Carlo, solidement campé derrière le comptoir, les mains sur les hanches et une vaste sourire aux lèvres, nous attendait: "bonjour!".

    A vrai dire, nous n'avons pas eu la chance de bénéficier, lors de notre repas, d'un spectacle de danse (quelle déception !). Par contre les frites croustillantes nous ont largement convaincu que la réputation de Carlo était tout à fait méritée. Ma femme a cédé pour un hamburger (avec oignons secs) tandis que moi, comme j'hésitais entre un pain cervelas (avec crudités) et un crizly bien doré, j'ai finalement opté pour... les deux.

    IMG_20180426_191605.jpgUn client demande son compte. Carlo lui dit, avec un sérieux grandiloquent digne des meilleurs moments de Fantomas : "385 euros". Ma femme et moi on se regarde. A l'instant, pour préserver ma santé économique je suis prêt à remettre le cervelas mâché dans le pain. Mais Carlo plaisante. Et à vrai dire (on s'en rend rapidement compte) Carlo a une plaisanterie pour chaque client. Soulagés, nous terminons notre repas en nous reléchant les doigts.

    On est sorti de la friterie en se tenant le ventre. On a repris les enfants chez ma mère. Puis on a digéré nos frites de longues heures, dans le canapé, devant une série nulle.

    Je ne sais pas si c'est à cause des frites, mais toute la nuit j'ai rêvé de Carlo. Carlo dansant le twist, les pieds dans l'huile bouillante. Carlo dansant le boogie woogie sous une pluie de frites dorées. Carlo pratiquant les claquettes juché sur un cervelas grand comme un tram.

    Frites en musique : quel concept formidable ! 

    En conclusion: Carlo vous sert de bonne frites et vous met la patate !

    La friterie Carlo se trouve dans le Family Center, rue de l'industrie 183 à la Bouverie. 065 65 28 23.

    IMG_20180426_210711.jpg

  • La Fabrique a soufflé ses 20 bougies !

    Samedi, la fête battait son plein pour les 20 ans de la Fabrique de Théâtre (La Bouverie)

    20 ans, chiffre rond du passage à l'âge adulte. Il fallait bien un rite pour célébrer les 20 ans de la Fabrique de Théâtre, institution provinciale qui s'est implantée en 1998 à La Bouverie, dans les locaux de l'ancienne Ecole de la Chaussure. De fait, la journée a été émaillée d'activités, d'expositions, d'interventions, de musique et de joie... et ce malgré la météo tristement glaciale. A noter: le double discours de Valérie Cordy (actuellement directrice) et de Michel Tanner (ancien directeur) et le dévoilement en première universelle de Gemellis, le géant des lieux ! Il ne manquait pas même une compétition de crossage au paillet pour assurer l'ancrage local !

    Voici quelques images qui vous feront (re)vivre cette journée.

    B6.jpgB3.jpgB2.jpgB5.jpgB4.jpg

     

  • 20 ans de La Fabrique de Théâtre: le (copieux) programme !

    ATT00001.jpgCe samedi 17 mars, de 11h à 23h, la Fabrique de Théâtre fête ses 20 ans. Les festivités sont accessibles à toutes et à tous et absolument gratuites!

    Chapiteau:

    A partir de 11h45: discours inaugural et verre de l'amitié

    12h15: dévoilement du Géant Gemellis

    12h30 : lecture de l’histoire du Géant par Carl Norac

    16h00 et 18h00: Freddy Tougaux et son musicien

    19h00: Les Anchoises

    20h00: Gâteau d'anniversaire des 20 ans 

    20h15: Les Fritüür en concert

    21h45: Jam session

    Cour :

    de 12h à 13h et de 14h30 à 15h30: concours de crossage

    Salle Orestie :

    De 15h à 16h et de 17h à 18h: jeux anciens en bois 

    Hall d'entrée :

    Dès 11h: accueil des spectateurs et départ des visite guidée de La Fabrique

    De 11h45 à 14h30: Roue de la Fortune du Bonimenteur

    Couloir du Rez-de Chaussée :

    De 11h à 14h30: visite guidée de l'exposition sur l'histoire de la Fabrique de Théâtre 

    De 14h à 18h: Accès libre à l'exposition sur l'histoire de la Fabrique de Théâtre

    Plateau de la salle de spectacle :

    14h00: installation vidéo et musique live de Véronique Binst

    De 14h30 à 16h30 toutes les 10 minutes: France Everard à partir de 8 ans

    17h00: Spectacle jeune public "L'eau cassée" par le Chakipesz Théâtre à partir de 6 ans

    Sous-sol :

    De 11h à 14h30 : visite guidée de La Fabrique par Janine

    Salle des ateliers au sous-sol : 

    De 11h à 14h30: présentation des maquettes de l'Ecole de Régie

    Salle Leblicq au sous-sol : 

    De 11h à 14h30: présentation de l'atelier des "rêves contradictoires" de Julien Stiegler

    Salle noire (1er étage) :

    De 11h30 à 14h: présentation de l'atelier "Mémoire en écho" de Dominique Rinchiuso

    14h30: Dominique Rinchiuso

    15h00: Joseph et sa marionnette

    16h30: Lecture de "Un homme de variétés" de Gilles Granouillet (texte inédit) par Astrid de Toffol, François Maquet et Delphine Struelens

    Salle de cour (1er étage) :

    De 11h30 à 14h00: présentation des ateliers théâtre de la cie du Mauvais Genre de Barbara Dulière

    Cafétéria et couloir (1er étage) :

    De 11h à 14h30: visite guidée de l'exposition de Jean-Marie-Mahieu par Blanche-Neige empoisonnée