Blogsquetia - Page 8

  • Eugies: à la recherche des canards perdus (spectacle)

    Capture d’écran 2019-01-18 à 13.20.05.pngUn peu d'humour climatique dans ce monde de glace? 
    Venez assister à la première des 6 séances de cartographies. Cela commence à Frameries et tous les mois dans un autre centre culturel du Borinage. 
    C'est ce samedi 19 janvier à 20h au centre culturel de Frameries (place d'Eugies).

    Demain Mons-Borinage est un label porté collectivement par les Centres Culturels de Boussu, Colfontaine, Dour, Frameries, Quaregnon, Saint-Ghislain et la Maison Folie (Mars).
    Imprégnés du film-documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent « Demain », et nourris de la même volonté de partager des solutions, des expériences, tous ont proposé durant leur saison culturelle un ensemble d’activités s’interrogeant sur les crises écologiques, économiques et sociales qui meurtrissent notre planète.
    Dans ce cadre les Centres Culturels et la Fabrique de Théâtre vous proposent de janvier à juin 2019, 6 soirées « d'humour climatique » par Frédéric Ferrer, autant de cartographies sur des thèmes anthropocènes, vraies fausses conférences théâtrales créée à partir d’un travail de terrain fouillé, brillantes autant que digressives et drôles.

    Le Centre Culturel de Frameries débute cette série en vous proposant

    "A la recherche des canards perdus"

    Frédéric Ferrer nous immerge en terre Arctique pour y mesurer la vitesse du réchauffement climatique.
    En septembre 2008, la NASA lâche 90 canards jaunes en plastique dans un glacier du Groenland afin de mesurer la vitesse du réchauffement climatique. Attendus quelques semaines plus tard dans la baie de Disco, ils ne réapparaissent jamais. Où sont-ils passés ? Sont-ils prisonniers du glacier.
    A force d’hypothèses et de conclusions à répétition, l’objectivité dérape vers des suggestions fantaisistes, ouvrant ainsi des perspectives inattendues. Et si tout est vrai dans ses propos, le rire fuse tant les situations sont cocasses et foutraques. A sa manière ironique et poétique, Frédéric Ferrer contribue à l’éclosion d’un genre d’art, plus réflexif que directement politique.

    Frédéric Ferrer nous embarque, et le voyage qu’il nous propose en vaut la chandelle. C’est loufoque à souhait et super calé, léger et savamment documenté, osé et savamment dosé.
    Pariscope

    Plus d'infos
    http://www.demain-mons-borinage.com

    50407420_999425503576831_7629860619381899264_o-thumb.2.jpg

  • La Bouverie: l'épopée des rêves contradictoires

    La Fabrique de Théâtre et la Charrette Orchestrale sont heureux de vous présenter la création du spectacle l'épopée des rêves contradictoires mêlant artistes professionnels et amateurs (usagers du réseau 107, d'ILA, habitants,...).  Véritable ode au sensible, ce spectacle fait résonner en un dialogue transculturel chaque récit singulier afin de métamorphoser la fragilité de chacun en une richesse.

    Le jeudi 31 janvier 2019, de 20h30 à 22h. Accès GRATUIT. La Fabrique de Théâtre se trouve à la rue de l'industrie à La Bouverie.

    Plus d'infos : www.lafabrique.be

    50094306_2139886352928997_6182428216536334336_o.jpgLorsque les rêveurs s'endorment, ils se rencontrent dans l'espace commun du rêve.
    Pour voir le monde, il faut être hors du monde. Le long des chemins et des voies d'eau, nous rencontrons la mémoire des habitants. L'esprit ambulant nous libère du conditionnement médiatique.
    Dans un spectacle de cinéma vivant, les imaginaires singuliers de chaque participant sont agencés en une fresque épique où les rêveurs se dédoublent et répondent à leurs propres fantômes cinématographiques, dans la machine des rêves contradictoires. La narration tisse des liens paradoxaux entre ces rêves. Différents niveaux de réalité se croisent entre le sommeil et l'éveil.
    Partant du rêve de scènes ambulantes, la machine concrétise ce rêve collectif, où ces univers intimes rencontrent des personnages d'autres époques et d'autres lieux, des sorciers de l'antiquité, des fétiches.
    Comprendre les mécanismes de la perception et de la mémoire à notre époque permet de retrouver une magie dans le contexte d'aujourd'hui, alors que le fonctionnement de la mémoire collective est dissimulé derrière des interfaces.

    Conception et jeu : Julien Stiegler
    Avec la participation de Nicolas Diricq,Véronique Binst,Meseret Abera Demise,Marc Doutrepont,Anne Dumeunier,Benoit Gelly,Daniel Gelly,Benoit Gillet, et Giulia Palermo.

    Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Digital Belgium Skills Fund.

    Capture d’écran 2019-01-16 à 17.27.23.png

  • nouveau: le Raclette Burger chez Alex

    s50428340_2028385013906270_8563573732004593664_o.jpgAlex nous prie d'informer son aimable clientèle de la Friterie Alex (place de Frameries) de la disponibilité d'une nouveauté qui va ravir les affamés: Le Raclette Burger ! Il s'agit d'un hamburger composé d'une viande pur bœuf sur un lit d'une sauce giant, agrémenté d'une tranche de fromage raclette bien fondant, le tout rehaussé de lard grillé. D'après le chef: "un subtil mélange de saveurs pour le plaisir de votre palais !". 

    Votre blog vous souhaite un bon appétit !

  • café framerisois #15 : café, multifruits, et châssis

    26232848_387035695088797_198378939478358583_o.jpgSe rendre au marché. Non pas pour se procurer le poulet le plus croustillant, l'orange sanguine la plus juteuse, ou le bouquet de fleurs du plus bel effet. Prendre le temps de prendre son temps. Ca n'est pas si banal finalement. Alors se rendre au marché pour regarder le temps passer. Saluer des connaissances (même vague). Se sentir exister par le froid. Observer les étals des maraîchers. Le marchand d'olives. Profiter d'être là, tout simplement, sans aucune ambition, sans aucun projet.

    Pousser la porte de la Taverne des 8. Le café est calme. Sur le comptoir: un panier de viennoiseries. S'installer tout au fond, à côté des bingos, sur les banquettes confortables. Commander un café pour soi, un jus multifruits pour l'enfant. Se réchauffer. Regarder par la fenêtre les allées et venues des cabas. Et les grosses pierres grises, immobiles, empilées à bon escient, et qui composent la forte silhouette bicentenaire de l'église Saint Waudru.

    Chaque carré de trottoir, chaque rectangle de brique, chaque visage. Par une trouée qui porte la vue par-delà la rue de l'église, par-dessus l'ancienne succursale de la boulangerie Godefroid, par-delà les toitures des rues Rodenbach et Dufrane-Friart, apercevoir le sommet du châssis à molette. Le regarder comme un ami. "Bonjour châssis".

    Et puis boire la première gorgée de café.

    cafram14.jpg

    Robuste, acide, doux, ou amer, le « café framerisois » vous est servi le dimanche sur votre blog communal. Accompagné d’une photo, il raconte le Frameries d’aujourd’hui par petites touches sincères.

    // dégustez les autres cafés framerisois en cliquant ici.