Blogsquetia - Page 2

  • café framerisois #15 : café, multifruits, et châssis

    26232848_387035695088797_198378939478358583_o.jpgSe rendre au marché. Non pas pour se procurer le poulet le plus croustillant, l'orange sanguine la plus juteuse, ou le bouquet de fleurs du plus bel effet. Prendre le temps de prendre son temps. Ca n'est pas si banal finalement. Alors se rendre au marché pour regarder le temps passer. Saluer des connaissances (même vague). Se sentir exister par le froid. Observer les étals des maraîchers. Le marchand d'olives. Profiter d'être là, tout simplement, sans aucune ambition, sans aucun projet.

    Pousser la porte de la Taverne des 8. Le café est calme. Sur le comptoir: un panier de viennoiseries. S'installer tout au fond, à côté des bingos, sur les banquettes confortables. Commander un café pour soi, un jus multifruits pour l'enfant. Se réchauffer. Regarder par la fenêtre les allées et venues des cabas. Et les grosses pierres grises, immobiles, empilées à bon escient, et qui composent la forte silhouette bicentenaire de l'église Saint Waudru.

    Chaque carré de trottoir, chaque rectangle de brique, chaque visage. Par une trouée qui porte la vue par-delà la rue de l'église, par-dessus l'ancienne succursale de la boulangerie Godefroid, par-delà les toitures des rues Rodenbach et Dufrane-Friart, apercevoir le sommet du châssis à molette. Le regarder comme un ami. "Bonjour châssis".

    Et puis boire la première gorgée de café.

    cafram14.jpg

    Robuste, acide, doux, ou amer, le « café framerisois » vous est servi le dimanche sur votre blog communal. Accompagné d’une photo, il raconte le Frameries d’aujourd’hui par petites touches sincères.

    // dégustez les autres cafés framerisois en cliquant ici.

  • Jean-Marc Leenders exposait à Mons

    Un samedi pluvieux - il y en aura d'autres. Mais en franchissant les quelques mètres de l'entrée monumentale de La Chapelle (rue des telliers, Mons), c'est de soleil qu'il s'agissait... à 2.500 kilomètres de distance.

    Habitant d'Eugies, Jean-Marc Leenders est un photographe globe-trotter qui a principalement oeuvré en Asie - il a d'ailleurs passé 20 ans en Corée du Sud (lisez son portrait en cliquant ici). Samedi, il exposait des clichés pris au Maroc.Thé à la menthe à la main, le visiteur était invité à explorer les photographies dans une lumière tamisée, en s'aidant - tels les explorateurs d'autrefois - d'une lampe de poche. "On est presque dans une installation, s'amuse Jean-Marc. L'idée était d'apporter un plus au pop-up store Sultane & Pacha (vente de produits cosmétiques à base d'huile d'argan). J'ai voulu, en toute simplicité, laisser parler les pigments, les matières, l'ombre et la lumière...".  

    La question en suspens est: à quand la prochaine exposition de Jean-Marc au Centre Culturel de Frameries ?

    50330317_354068358476872_6237194486988931072_n.jpg

    "Le bonheur du photographe ?, écrit Jean-Marc sur sa page Facbook. C'est d’abord passer quelques jours au Maroc. Le jeu des ombres et des lumières y est hypnotisant. Les couleurs claquent, les contrastes captivent. La médina de Marrakech est un dédale riche de millions de photos à saisir. Tout le spectre des couleurs y est représenté. La ville d’Essaouira vous met du bleu plein la vue. Les zones arides offrent leurs ocres, bruns et jaune-orangé. Le vert y est fort dans les palmeraies et les jardins. Le plaisir de photographier est partout. Et puis, il y a l’envie de partager ces émotions polychromes. Et de monter une exposition qui invite au voyage par la couleur. Des cadrages souvent serrés pour aller à l’essentiel. Pour voir les matières aux couleurs du Maroc".

    49418248_524225384729289_1354951960142282752_n.jpg

  • coupe gratuite et don de cheveux

    Faire une bonne action en coupant ses cheveux ? Chez P'Hair de Ciseaux , c'est possible !

    De nombreux patients atteints d’un cancer du sein perdent leurs cheveux au cours de leur traitement et ont besoin d’une perruque. Julie Stoquart, du salon de coiffure P'Hair de Ciseaux (rue de France n°14 - 065/51.24.44) a décidé de faire du bénévolat pour Think Pink, la campagne nationale de la lutte contre le cancer du sein.

    En pratique : Julie effectue une coupe gratuite de vos cheveux (homme ou femme, minimum 25 centimètres). Les cheveux sont ensuite envoyés à Think Pink. Vos cheveux contribueront à la réalisation d'une perruque - il faut de six à 10 queues de cheval pour réaliser une perruque véritable ! 

    Pour les questions et infos pratiques cliquez ici.

    P'Hair de Ciseaux se trouve à la rue de France n°14. 065/51.24.44. 

    49787615_483957402131847_6749353570211987456_n.jpg

    Imprimer Catégories : actu, appel, curiosité
  • dépôt d'ordures ? renseignez à l'administration !

    Vous avez constaté la présence d'un dépôt d'ordure dans l'entité de Frameries, près de chez vous, le long d'un sentier ou d'une voie publique... ?

    N'hésitez pas à renseigner au service environnement de la Commune et à l'agent constatateur  au 065/61.12.11. ou à envoyer un mail à environnement@frameries.be 

    Et rejoignez, sur Facebook  le groupe "Frameries n'est pas une poubelle" (cliquez ici).

    50342145_370662240409841_5049969585395073024_n.jpg

     

  • bientôt le ramassage de sapins ?

    Sur les réseaux sociaux, des citoyens s'interrogent à propos de l'éventuelle organisation d'un ramassage des sapins. 

    "Concernant le ramassage des sapins, explique Arnaud Malou, en sa qualité double d'échevin de la propreté et de l'environnement, ce n’est pas prévu pour Frameries. Néanmoins, j’ai été interpellé plusieurs fois à ce sujet ! Je vais donc voir avec le Bourgmestre et mes collègues du Collège Communal comment on pourrait imaginer et voir si c’est possible de proposer ce service l’année prochaine".

    49343479_363724611078211_2292172089655820288_n.jpg

    Imprimer Catégories : actu