travaux - Page 4

  • mauvaise langue ! …le carrefour de la vieille place

    mauvaise langue.jpgEntre framerisois, on aime bien râler ! Alors une rubrique pour tempêter : c’est ce qui manquait sur votre blog communal ! Vous avez des soucis ? Une plainte à formuler ? Envoyez votre billet d’humeur (même sommairement écrit) à votre blogueur (stephenvincke@hotmail.com) qui reformulera le tout si nécessaire, le rendra anonyme, et le publiera dans la rubrique ‘mauvais langue !’.

    Parlons un peu du carrefour de la "vieille place" (croisement des rues Hankar, Roosevelt, de Grande-Bretagne). Depuis la fin des travaux et la disparition de la bande centrale de circulation (en venant de la place, pour tourner à gauche dans la rue Hankar), les véhicules qui désirent s’engager dans cette direction doivent naturellement patienter durant le passage des véhicules en p.jpgprovenance de la remontée du PASS. Mais vu la largeur de la chaussée, ces automobilistes en attente entravent les véhicules derrière eux. Et ça peut parfois durer bien longtemps... Causant souvent un bouchon quasi jusqu'à la place !

    Il semble que les autorités ont voulu corriger cela en rendant le feu vert de ce côté du carrefour un peu plus long. Mais tout de même. Peut-être l’ingénieur qui a dessiné les plans avait-il des actions auprès du Night Shop (ça n’est pas une faute de police : le « night » a été barré… pour échapper à une taxe sur les boutiques de nuit ?... rôôôh la mauvaise langue !) sur le coin : le trottoir, à cet emplacement, est d’une largeur dont le luxe dépasse la raison !

    Et puis il y a ces places de parking tellement proche du carrefour que cela rend la vie compliquée aussi bien à celui qui veut se garer (ou sortir de son emplacement) qu’à celui qui veut franchir ledit carrefour. Alors quoi, y’a pas quelqu’un qui les a relu, à la Commune, ces maudits plans ?

    Si vous aussi ça vous esquinte ce carrefour mal fichu, laissez aller votre mauvaise langue en commentant cet article ! ;)

  • une gare toute belle !

    gare.jpgNous vous en parlions déjà en janvier 2013 (lire ici). Et voilà que, comme réclamé par la Commune et promis par la SNCB (lire ici) la gare de Frameries et ses abords ont été nettoyés. Depuis la rénovation des aubettes jusqu'au défrichage, en passant par le nettoyage complet de la façade (passée d'un gris de suie à un éclatant gris clair)... et l'installation (fallait pas rater ça) d'un automate (lire ici).

    Bien sûr qu'il reste encore beaucoup à faire (on pense immédiatement au fameux souterrain qu'il faut traverser trempé jusqu'à la taille en cas de fortes pluies)... Mais, bon, disons que ce qui est fait n'est plus à faire...

  • circulation sur la grand'place: c'était prévu !

    2638660718.jpgDe très nombreux citoyens ont fait montre d'une grande incompréhension face au changement du plan de circulation sur la grand'place de Frameries. Depuis peu, il est en effet interdit de quitter la place du côté de l'église (voir photo)

    "Il s’agit d’une mesure de circulation votée à l’unanimité par le conseil communal, et dont le but est exclusivement de renforcer la sécurité sur la place, explique Jean-Marc Dupont, député sous le mayorat duquel la décision a été prise. Pour rappel, poursuit-il, cette mesure était d’application avant les travaux de la rue des Alliés et a juste été suspendue pendant la durée des travaux".

  • grand'place de Frameries: changement de circulation !

    IMG_9866.jpgSur la place de Frameries, la voirie vient d'être dotée d'un nouveau plan de circulation, et donc de nouveaux panneaux routiers (voir photo). L'accès direct vers la rue du 11 novembre (c'est à dire en passant du côté de l'église) est dorénavant interdit... et dans l'autre sens aussi. On ne pourra donc plus quitter la place que par la rue des Alliés...

    IMG_9865.jpg

  • Sars: un sentier sous eau, peut-être bientôt au sec

    sarssouseaucover.jpgLes sarois connaissent bien ce sentier qui part de l'église de Sars: il s'agit d'un véritable axe pédestre emprunté également par les promeneurs et les cyclistes. Or, lors la saison est à la pluie, il se retrouve souvent submergé et impraticable. Socieux de préserver ces voies lentes essentielles à l'âme de notre campagne, votre blog a contacté l'Administration Communale à ce sujet. "L’entretien des sentiers est à charge de l’administration, explique Monsieur Catherine, responsable du Service Travaux. Nous procédons donc au fauchage et nettoyage (équipe wallonnet). Nous remettons des pierrailles dans les  sentiers une fois par an. Pour le sentier sous eau à Sars, celui-ci est mlheureusement encaissé et reçoit les eaux d’un fossé. La solution serait de poser un drain." Jean-Marc Dupont, bourmestre de Frameries, de conclure que la possibilité de poser ce drain sera prochainement examinée.

    sarssouseaucover2.jpg

  • La Bouverie : le parc « Malengreau » va revivre

    parcLB-1.jpgUne citoyenne nous rapportait récemment le chamboulement profond du petit parc situé rue de la régence à La Bouverie, à l’arrière de la bibliothèque et de l’église Saint-Joseph, s’inquiétant de la possibilité d’une transformation de cet espace vert en parking.

    Il est vrai que cet espace vert communal -au même titre que bien d’autres- n’était plus guère pratiqué et laissait parfois à désirer question entretien. Le supprimer n’est toutefois -et fort heureusement- pas à l’ordre du jour. Sa récente « remise à niveau » (voir photo) est la première étape d’un travail tant de fond que de forme sur de nombreux espaces verts de l’entité (publication prochaine d’une liste complète).

    Jean-Marc Dupont, bourgmestre de Frameries, d’expliquer : « Le service environnement de l’Administration Communale et moi-même avons fait le tour de ces espaces de verdure. Nous parcLB-2.jpgn’avons pu que constater que dès que la végétation se mettait à prendre un peu d’ampleur, les dépôts d’ordures et autres incivilités s’y développaient. Nous avons donc pris la décision de rénover progressivement ces espaces publics, d’en retravailler la structure, de replanter des végétaux adaptés, et de minéraliser en partie. Entendons-nous bien : minéraliser ne veut pas dire que nous allons recouvrir le tout d’une couche de béton, loin de là. Mais restructurer ces parcs en reconstruisant des allées minérales permettra, par exemple, d’en réduire fortement l’entretien ».

    L’arasement de ce petit parc avait causé un émoi bien compréhensible. Il va toutefois, tel le phénix légendaire, renaître de ses cendres. Il sera sans doute prêt pour l’été et, propre et entretenu, permettra alors aux riverains comme aux passants de se retrouver dans lieu public accueillant.

    Pour conclure, notons que ce nettoyage en profondeur a permis la libération d’une vieille pierre commémorative (voir photo) dédié  au curé Malengreau.

  • rue Dagneau: quel nettoyage !

    lassoie J -1.jpgNous vous en avions parlé le 20 janvier dernier: le chancre de la rue Dagneau allait enfin être démoli ! Et ça y est ! Jonathan Lassoie a eu l'excellente idée de suivre ces trois derniers jours la démolition des ruines de la rue Dagneau. Comme vous le découvrirez sur les photos (qui vous sont proposées dans l'ordre chonologique): l'endroit est fin propre comme un sou neuf !

    Cliquez sur la photo afin d'accéder à la galerie photo complète ! 

  • les belles histoires d’Oncle Blogsquetia : « à la recherche du Cyclope perdu »

    jd2.jpgParfois on passe devant un arbre sans jamais lui accorder une quelconque attention. Mais si on en vient à couper cet arbre, il nous manque. C’est dans cet état d’esprit que votre blogueur est parti à la recherche d’une sculpture portée disparue : le « Cyclope au cadran solaire ».

    Cette sculpture, réalisée en pierre d’Euville par l’artiste Jean Dulière dans les années 80 (voir article de presse ci-contre), était depuis lors installée au square de la Chaux-de-Fonds, en bordure de la place Calmette (voir photo). Le cadran solaire en avait été monté par le Services des Travaux.

    Il faut bien se dire que cette chose finalement assez étrange (il s’agit, à notre connaissance, du seul exemple de sculpture d’art contemporain exposée en extérieur dans l’entité de Frameries), installée à l’écart du centre, a fini par subir outre les outrages du temps, ceux de citoyens indélicats qui l’ont partiellement démantibulée et dégradée. Il y a longtemps que le cadran solaire a pris la tangente. Les mandibules du Cyclope se sont faites la malle. Quant à son corps, blanc à l’origine, il revêtait depuis de nombreux mois les couleurs de la Jamaïque…

    Et puis subitement, voilà que le Cyclope disparaît. A son emplacement, les ouvriers et les machines de terrassement vont et viennent : les travaux de la future nouvelle crèche vont bon train ! La Cyclope a-t-il été embarqué parmi les gravats  du chantier ? A-t-il fini en poudre dans le ballast d’une chaussée ? Où bien a-t-il été sauvé avant l’hallali ?

    cyclope2.jpgDans son voisinage immédiat, un femme de charge s’en inquiète : « Je me demandais justement ce qu’elle était devenue, cette sculpture » s’écrie-t-elle. Elle explique avoir vu un camion de la Commune la charger sur son plateau. La balance penche soudainement du côté du sauvetage !

    A tout hasard : direction le Hall de Maintenance. Rencontre avec le responsable des lieux : M. Catherine, bien en peine de savoir si le Cyclope se trouve là quelque part. Dévoué, M. Catherine passe quelque coups de fil : oui, non… C’est oui : la sculpture est bien stockée là ! C’est M. François, sympathique contrôleur des travaux, qui nous emmène dans ce qu’on pourrait appeler le cimetière technique de la commune. Tant de choses y traînent : bancs vermoulus (les bancs jaunes, souvenez-vous), panneaux de signalisation, bornes de béton…

    Et au milieu de ce maelstrom, dans l’air pur de janvier, au détour d’une tente de bâche noire abritant je-ne-sais quel mystère : le Cyclope. Il est passé de la Grèce Antique à la Jamaïque, d’un square public à l’arrière-boutique du Hall de Maintenance, mais il est bien là.

    cyclope3.jpgQuel sera l’avenir de cette sculpture abimée, fatiguée, défigurée ? Le sculpteur, aujourd’hui disparu, ne pourra pas remédier à son triste état. A le voir, notre malheureux Cyclope, il y a tout de même peu de chance qu’on la réinstalle quelque part. « Quand Jean Dulière est décédé, explique Roseline, j’ai été déposer des roses dans les bras du Cyclope ». Roseline et Jean étaient alors mariés. Et Roseline de proposer : « Si la Commune n’en veut plus, moi, je veux bien l’héberger dans mon jardin ».

    L’idée n’est pas sotte : à l’instar d’Ulysse, ça permettrait à notre « Cyclope au cadran solaire » de rentrer chez lui après une longue longue longue absence…

    cyclope4.jpg