travaux - Page 3

  • rue de France: prudence

    10690108_10203219183176158_3262547647451463431_n.jpgPrudence si vous vous engagez dans la rue de France: un trou perce le centre de la chaussée au croisement avec la rue Dejardin. Un agent constateur est attendu dans la journée.

    Une info qui nous est envoyée par Cédric, citoyen.

    Imprimer Catégories : actu, travaux
  • gare de Frameries: un escalier en réparation

    L'escalier menant au quai 1 de la gare de Frameries devenait périlleux. Nous vous en avions d'ailleurs touché un mot dernièrement (lire ici). Il est actuellement en cours de réfection et est momentanément remplacé par un escalier secondaire et provisoire.

    La générosité sans limite de la SNCB et d'Infrabel ira-t-elle jusqu'à mettre au panier le nouvel horaire des trains au départ de Frameries, appliqué dès le 14 décembre prochain, et qui risque de compliquer la vie des navetteurs framerisois ?

    On peut en douter.

    quai.jpg

  • le terrain synthétique: ça avance ! (rugby)

    terrain synthétique rugby.jpgInitié en 2011, le projet de terrain synthétique au Rugby Club de Frameries est en train de voir le jour, pour un coût total de 825.000€ (le Club prend en charge 25% de cette somme, le reste étant à charge de la Région Wallonne).

    Le chantier sera bientôt terminé et les joueurs pourront alors profiter des avantages de ce type de terrain.

    Photo prise fin octobre.

    Imprimer Catégories : actu, sport, travaux
  • Frameries: un quartier abandonné (épisode 1)

    IMG_8445.jpgUn quartier peut-il être abandonné par les autorités communales ? C’est en tout cas ce que ressentent les habitants de la rue Fabien Gérard, à deux pas du centre de Frameries – rue qui s’ouvre en son milieu sur ce qui pourrait être (et a été par le passé) une sympathique placette propre à favoriser le lien social par l'espace de vie en communauté.

    Jean-Luc me reçoit chez lui, sans façon. Après tout, c’est l’heure de l’apéro, alors pourquoi faire des façons ? "J’habite le quartier depuis quelques années. Je l’ai vu se dégrader à une vitesse incroyable. Quand je vois qu’on paie nos taxes et impôts comme tout le monde, j’ai la sensation que IMG_8448.jpgnous sommes abandonnés". "J’ai récemment envoyé un courrier au bourgmestre, explique Pascale, sa compagne. On a vu passer un agent constatateur pas plus tard que jeudi dernier, et des ouvriers sont venus réparer la chausseé…".

    "Réparer la chaussée ? tempête Jean-Luc. Du compomac (macadam enrobé à froid) a été posé sans préparer les cavités. Résultat: c'est tellement humide que ça s'effrite déjà !". En effet, sur place, du bout du pied, on ne peut que constater. "D'ici peu, les gravier iront rejoindre les gravats et bout de tarmac qui dégringolent déjà dans l'avaloir, empêchant l'eau de passer".

    IMG_8438.jpgLe couple ne décolère pas: "Ca fait quatre ans que les plantations ne sont plus entretenues, explique-t-il en désignant le petit îlot central qui a, en effet, bien piteuse allure. Avant ça ressemblait à quelque chose, c’était fleuri. Sans compter le fauchage !". "Quant au mur faisant le coin, ajoute Jean-Luc, il tombe en ruine. Regardez à l'entrée de la rue, c’est la porte de jardin d’un privé qui bée, écrasée sous le poids de la végétation: une catastrophe".

    « Le trottoir est tellement étroit ! Quand on sort on doit y regarder à deux fois pour ne pas se IMG_8442.jpgfaire ramasser. J’ai des voisins, leur gamin en a réchappé de justesse ». Il faut dire aussi que la rue est à sens unique mais que le panneau a été subtilisé un long moment : les automobilistes remontaient à contre sens, ce qui pouvais surprendre !

    En haut de la rue, c’est un dépôt d’ordures dont le volume et les qualités varient d’un jour à l’autre. On y a déjà trouvé un canapé. En ce moment, des sacs PMC et un châssis renforcent la sensation d’abandon.

    Jean-Luc reprend, en désignant une maison: "La personne qui habite ici demande qu’on lui refasse IMG_8450.jpgsa bordure depuis quinze ans ! Comme ça se dégrade, ce temps en temps, il sort sa truelle et un peu de ciment et il rafistole…"

    L'Administration avait informé que des travaux de réaménagement de la placette et de  la rue auraient lieu en 2013. Le temps passe, les citoyens se fâchent, la situation se cristallise.

    Bien sûr on ne peut tenir l'Administration coupable de tout. Mais le mauvais entretien d'un quartier donne de lui une image d'abandon qui attire le versage d'ordures et les incivilités. Aux dernières nouvelles, des ouvriers se sont occupés des plantations. Mais tout de même, l'Administration a-t-elle vraiment besoin de mails indignés pour gérer des choses aussi simples ? C’est d’autant plus triste que le quartier pourrait être un lieu de vie sympathique et de qualité. On imagine aisément une fête populaire ou une petite brocante qui prendrait ses quartiers sur la placette.

    Quoiqu'il en soit, Jean-Luc et le voisinage veillent au grain - votre blog communal vous tiendra au courant.

    IMG_8454.jpgIMG_8437.jpgIMG_8452.jpgIMG_8435.jpgIMG_8440.jpg

  • rue de l'Industrie: bientôt de nouveaux passages piétons

    indus.jpgLe trafic est dense à la rue de l'Industrie. Et traverser peut, par endroit, représenter une véritable aventure à l'issue hasardeuse. Cette traversée est incitée par deux arrêts de bus et de nombreux commerces: Nerreti, Ottaviano, librairie, garage Renault...

    Il est vrai qu'il manquait des passages piétons, afin de rendre la traversée moins dangereuse et plus cadrée. 

    Ce sera sans doute bientôt chose faite. L'Administration Communale a demandé les autorisations utiles qui sont en ce moment entre les mains de la Région Wallonne.

    Si tout se passe comme souhaité, les citoyens disposeront donc dans un avenir proche, de deux passages piétons leur permettant de survivre au franchissement de la chaussée.

    Les photos ont été prises par M. Urbain, riverain.

  • rue de la Libération: de nouveaux éclairages publics

    li.jpgCynthia Lemoine, citoyenne de La Bouverie, nous renseigne la pose de nouveaux éclairages publics dans la rue de la Libération.

    Pour l'anecdote, il y a exactement 70 ans, le 3 septembre 1944, une colonne de 200 soldats allemands en déroute traversait La Bouverie dans le cadre de la Libération. A 70 ans de distance, on y voit un peu plus clair, dans un cas comme dans l'autre.

  • carrefour de la vieille place et circulation en centre-ville: réponse officielle

    image_preview.jpgSuite à l’article “mauvaise langue” publié sur votre blog communal ce mardi 12 (cliquez ici), Didier Draux, bourgmestre faisant fonction, a souhaité la diffusion de cette réponse :

    « Lors de l’élaboration des plans en vue du réaménagement de la rue des Alliés, qui en avait bien besoin selon les dires de nos commerçants et à juste titre, nous avons préalablement commandés deux études. L’une sur la mobilité et l’autre sur l’aménagement des centres-villes. Ces études ont révélés pas mal de problèmes qui seraient trop long à détailler ici. En ce qui concerne l’étude sur la mobilité, elle a démontré que la rue des Alliés était un axe principal de la commune privilégiant ainsi le transit entre Mons et les Hauts-Pays voire le Nord de la France. Que les 12 000 voitures traversant Frameries chaque jour ne s’y arrêtaient pas nécessairement. Que la vitesse y était excessive par certains automobilistes inciviques, etc… Il était donc logique que des mesures soient prises dans l’intérêt des citoyens mais aussi et surtout de nos commerçants. La seconde étude portant sur l’aménagement des centres-villes, a, quant à elle, examiné les différents paramètres à développer afin d’optimaliser l’augmentation de la clientèle dans le centre. Il a donc été convenu, toujours en parfaite concertation avec le Groupement des commerçants de Frameries à qui le résultat de ces deux études a été explicité en détail, que cette artère devait être plus conviviale, que les piétons devaient s’approprier l’espace mais aussi les inciter à s’y rendre et à s’y plaire. Les trottoirs devaient donc être élargis. Ainsi donc les buts poursuivis sont donc d’inciter les automobilistes qui ne viennent pas expressément dans le centre, de contourner Frameries soit par le zoning soit par l’axiale. Nos concitoyens ne doivent pas être pollués outre mesure. Ensuite, de réduire la vitesse en rétrécissant la voirie et permettre même, aux passagers de contempler les vitrines des commerces. Des plateaux ralentisseurs ont donc vu le jour. Enfin, d’élargir les trottoirs pour rendre plus conviviale la principale rue commerçante de la cité. Je pourrais être encore plus édifiant mais serais alors beaucoup trop long et l’effet attendu ne serait pas escompté. J’ose espérer, par cette réponse qui ne se veut en aucune manière polémique, rassurer celles et ceux que le résultat obtenu est bien le reflet de toutes les négociations entre les différents acteurs (Administration communale, Groupement des Commerçants, Auteur de projet, Service Mobilité du Service Public de Wallonie, les Sociétés qui ont effectués les études précitées, les services de Police et enfin l’approbation de la Région Wallonne sur le projet présenté).

    Je reste bien entendu à la disposition de toutes celles et ceux qui souhaiteraient me rencontrer afin d’obtenir plus de précisions sur les propos avancés ci-avant".

    photo: site frameries.be