mémoire - Page 4

  • "Mémoire(s) de Frameries" capte le passé

    Capture d'écran 2016-10-08 04.28.45.pngLe Salon des Seniors qui se tient ce week-end à l'Epicentre est l'occasion de vous parler de Mémoire(s) de Frameries, une association citoyenne framerisoise qui se préoccupe du passé de l'entité de Frameries et du Borinage.

    C'est d'ailleurs mis en avant sur sur site: "Tant de trésors du passé disparaissent. Mémoire(s) de Frameries les collecte, les protège, et les montre".

    L'association citoyenne, dirigée par votre blogueur communal Stephen Vincke, glane donc auprès des citoyens des documents anciens qui sont soit donnés soit reproduits par scanner. L'association procède également à des enregistrements de la parole des aînés, dans le but de capter la mémoire d'autrefois...

    Vous en découvrirez bien plus en vous rendant sur www.memoiresdeframeries.blogspot.com

    Le stand déployé tout ce week-end au Salon des Seniors (infos ici) propose - outre de prendre tout simplement contact avec les visiteurs et de dévoiler des documents anciens - de scanner en direct vos archives (vieilles photos de famille, documents anciens...) et propose même un "mémophone": une cabine d'enregistrement dans laquelle vous êtes invité à venir dire quelques-uns de vos souvenirs ! Tout cela gratuitement, bien entendu !

    Infos au 0498/214.253

    Capture d'écran 2016-10-08 04.21.36.png

  • Eugies : que reste-t-il de l'arbre en hommage Alain Flamme ?

    En mai 2013, des amis, des membres de la famille, ainsi que des habitants du quartier, ont rendu un hommage à l’échevin Alain Flamme trop tôt disparu il y a déjà 10 ans. En sa mémoire, un arbre avait été planté dans le square des Tanneurs, à Eugies (lire ici).

    Trois ans et demi plus tard, il est bien triste de constater que ce témoignage de la vie de cet homme n'aura pas duré bien longtemps. Maltraité, abîmé par du vandalisme, l'arbre est mort: il n'en reste plus grand chose.

    Imprimer Catégories : actu, Eugies, mémoire
  • l'abattage d'el biète, vous connaissez ?

    Capture d'écran 2016-08-02 00.44.48.pngAutrefois, on abattait l'biète à Frameries !

    On dressait un mât de 5 ou 6 mètres de haut, on le coiffait d'une "biète" (un bout de bois auquel on a donné l'allure d'un oiseau rude) et les joueurs, à tour de rôle et parfois par équipe, lançaient des bâtons - le but étant de faire tomber l'bière.

    Ce jeu populaire a disparu depuis plusieurs décennies. Il reprendra vie prochainement (nous en reparlerons). En attendant, on recherche des informations à sont sujet, des photos, des documents, des témoignages (par exemple oraux).

    Alors parlez-en autour de vous, interrogez les plus anciens, et envoyez vos infos à memoiresdeframeries@outlook.be !

    Photo d'illustration: collection de Denis Hoyois

  • Sars-la-Bruyère: on a brûlé Lambert (en vidéo)

    Lambert.jpgTrois jours à peine après avoir été joyeusement bourré de paille et donc ramené à la vie par les sarois et les amis de Sars, le Bonhomme Lambert - dont la fin coïncide avec celle des moissons - a donc été brûlé, ce dimanche tard dans la nuit. Autour de lui, les sarois ont entamé une farandole paysanne à la fois triste et joyeuse, sur les accords préservés et joués par la fanfare de Taisnière-sur-Hon.

    Chaque année, il y a ce tourbillon à la fois authentique et nostalgique qui envahit la pelouse, à quelques pas de la petite école communale de Sars-la-Bruyère. Comme l'explique si bien Vinciane Demoustier, la trésorière des traditions de Sars: "Pensez un instant à tous ces sarois du passé qui ont brûlé Lambert avant nous, des siècles durant". C'est exactement de ça qu'il s'agit: dans cette torche qui s'effondre lentement au coeur de la farandole brille le passage des générations, et la préservation, au delà des ravages du temps et son cortège d'oublis d'une authenticité locale solaire et puissante.

    Rompre la chaîne serait criminel. Alors chaque année on remet le couvert !

    Et Lambert qui, planté dans de grandes bottes de caoutchouc à l'arrière de la scène dès le premier soir des festivités, de s'amuser de tant de brouhaha. Cet éphémère Lambert qui, chaque année, revit quelques jours seulement, de se réjouir du paradoxe de son immortalité de héros grec. Le briquet le touche. Lambert s'enflamme. Le feu le grignote et l'emporte dans le ciel de l'été finissant. Reste une odeur de caoutchouc. Reste la tristesse d'avoir une fois encore, laissé filer le temps. Reste la joie d'avoir appartenu, le temps d'une farandole, au beau village de Sars-la Bruyère.

    Cliquez sur le carré en bas à droite pour voir la vidéo en plein écran !


  • recette framerisoise: la mayonnaise de Germaine

    mayonnaise.jpgVenue de France, Paulette Lafaye s'installe à Frameries en 1948. Très exactement à la Cité Piérard. Soixante ans plus tard, elle part aux USA où elle habite encore en ce moment. Elle n'a jamais oublié la recette de la mayonnaise de Germaine, sa maman. En ce moment un peu bizarre où vient d'être publié un Arrêté Royal modifiant la composition de la mayonnaise et revoyant sa qualité à la baisse (et une époque où les contrôleurs AFSCA s'émeuvent de la présence d'oeufs frais dans les cuisines des restaurants), voici en exclusivité sur votre blog communal la recette de la vraie mayonnaise traditionnelle que faisait autrefois Germaine, la maman de Paulette... bon appétit ! :)

    Ingrédients: de l'huile de qualité (p.e. Lessieur - surtout pas d'huile d'olive qui apporterait un drôle de goût), une petite cuillère de vinaigre de vin, 1 jaune d'oeuf, 1 cuillère à café de moutarde forte, sel, poivre. L'idéal est d'avoir les ingrédients à température ambiante.

    Mélangez le jaune d'oeuf avec la moutarde. Versez doucement l'huile en mélangeant vivement avec un fouet à main (toujours dans le même sens) jusqu'à épaississement. Ajoutez le sel et le poivre, et terminez par la petite touche de vinaigre.

    Astuce de Blogsquetia: si vous souhaitez ajouter une touche d'originalité framerisoise à votre mayo, ajoutez, au moment de verser l'huile, une cuillère à café d'huile de noisette ! ;)

  • l'Odyssée du Noirbonhomme (6): ”noire glissade”

    "Il s'est passé quelque chose ici, pense le Noirbonhomme. Une catastrophe. Peut-être même une tragédie".

    Mais, en vérité, où est donc le Noirbonhomme ?

    Mentionnez votre réponse en commentaire - la bonne réponse illustrée sera diffusée dimanche !

    Chaque vendredi (enfin presque !), votre blog vous propose une photo du Noirbonhomme, prise quelque part dans l'entité de Frameries (pour plus d'explications lire ici). Le but du jeu: à vous de dire où a été prise la photo...

  • dimanche: c'était crossage sur la place !

    ok-10.jpgDu crossage dans les rues de Frameries ? Ca n'était pas arrivé depuis belle lurette !

    Les festivités du week-end dernier (braderie, brocante, et jazz) comportaient une petite compétition de crossage à l'tonne, sur la place de Frameries. Et si seuls 20 amateurs (armés de "chambots" et de "soules"... en mousse) se sont déplacés, le plaisir fut vraiment au rendez-vous. Ajoutons que le début d'après-midi transforma l'épreuve en crossage aquatique...

    L'équipe des "Zozos" (photo ci-dessous) a été la seule a terminer le parcours qui reliait quatre établissements de la place + l'hôtel communal. Au sein de cette équipe, avec un parcours réalisé en à peine 39 coups, Eric Beugnies a été célébré Roi du jour. Quant à son fils Loïc, ses 46 coups lui permettent d'accéder au titre envié de Dauphin du crossage de rue. L'un et l'autre recevront leur diplôme à l'occasion de la Ducasse des Mignons, en août prochain.

    L'an prochain, le crossage se refera une place de choix au coeur de la ville. La place de Frameries comme terrain de jeu réservé... qui n'en a pas rêvé ? 

    Pour en savoir plus sur le crossage (et voir l'ensemble des photos), cliquez ici.

    ok1.jpgok-4.jpg11.jpgok-2.jpg

    Un proposition du GPCA (sur une idée d'Eddy Baguet), une organisation des Boudineux (cercle de crossage de La Bouverie), avec le soutien de la ville de Frameries.

  • le crossage, c'est quoi ?

    Capture d'écran 2016-06-13 19.28.02.pngDimanche, la place de Frameries sera le théâtre d'un crossage à l'tonne. Sport traditionnel borain devenu anecdotique avec le temps, le crossage peut paraître mystérieux... même s'il y a de fortes chances que votre grand-père y ait joué autrefois !

    En gros, le crossage, c'est un peu comme le golf, mais rustique. Le crossage peut se pratiquer en plaine (dans les champs), au paillet (voir une vidéo ici) et en rue ("à l'tonne"). Ca se joue avec une crosse (le "club" du golfeur) et une soule (la balle, qui ressemble traditionnellement à un oeuf).

    En ce qui concerne dimanche, le crossage de rue se pratiquait autrefois dans les rues de Frameries jusqu'à ce qu'à force de vitres brisées (peut-on imaginer), cela soit devenu purement et simplement interdit (ailleurs ça a perduré, comme à Chièvres, de nos jours - voir ici).

    Et ce dimanche, le défi est d'essayer de remettre au goût du jour un crossage de plein air, au beau milieu de Frameries. Pour éviter la casse, les soules seront remplacées par des balles en mousse. Les crosses, elles, seront de véritables et traditionnelles crosses de rue, appelées: "chambot".

    IMG_8351.jpgLe jeu prend une petite heure. Le but sera, partant du centre de la place (où se trouvera le stand d'accueil), de réussir un parcours imposé en un minimum de coups (un peu comme au mini-golf). La participation est à un euro par personne et on peut participer individuellement, en équipe, en famille...

    N'hésitez pas à venir vous essayer à ce sport traditionnel. Sur place, l'équipe des Boudineux, le cercle de crossage de La Bouverie, sera là pour vous guider.

    Nombreux lots à la clef !

    Une organisation du GPCA, des cafés de la place de Frameries, des Boudineux, avec le soutien de la ville de Frameries.

  • le Noirbonhomme (5) se trouvait...

    C'est qu'elle n'était pas simple, cette cinquième énigme du Noirbonhomme. Il faut dire que cette fois notre charbonneux ami était sorti des sentiers battus...

    Vous connaissez sans doute la boulangerie-pâtisserie Godefroid. Autrefois ses imposants ateliers se situaient juste en aval du PASS, sur cette prairie qui sera peut-être transformée prochainement en centre sportif. Quoiqu'il en soit, le bien connu (et aimé) Gérard Godefroid avait fait ériger, là une petite stèle dédiée aux mineurs - stèle qui est toujours là de nos jours...

    Ci-dessous, une photo extraite d'un article de presse de 1989, et qui nous montre la stèle alors intacte (une statue de Sainte barbe la complète sur la gauche) et tout à droite, lunetté de sombre: Gérard Godefroid lui-même.

    Rendez-vous vendredi pour la suite des aventures du Noirbonhomme !

    IMG_9278.jpg