environnement - Page 4

  • invasion d'amanites tue-mouches sur le terril du Crachet

    Un village Schtroumpf au sommet du terril du Crachet (PASS) ?

    S'il s'agit bien là d'une des multiples expressions de la beauté automnale, elle n'en reste pas moins toxique, car vous aurez reconnu sur ces photos prises ce mercredi, la très fameuse amanite tue-mouches.

    Mystérieusement, elle est présente en très grand nombre sur les crêtes du terril du Crachet (à noter qu'elle apprécie la présence du bouleau, ceci expliquant peut-être cela...).

    Tout promeneur avisé s'en écartera, car la toxicité de cette espèce vénéneuse de champignon n'est plus à démontrer: troubles digestifs, nerveux, état d'ivresse, sommeil profond allant parfois jusqu'au coma chez les enfants.

    Comme dit l'adage: un Schtroumpf averti en vaut deux !

    atm1.jpgatm2.jpgatm4.jpg

  • "saga du ramassage": et maintenant, il se passe quoi ?

    ruedesisraélites.jpgNouvel épisode dans la saga du ramassage des sacs mauves et des cartons. "Ras le bol de ce dépotoir", "Rien n'a été ramassé dans ma rue: c'est honteux", "Et notre facture, on pourra la payer en retard ?", "On se moque du monde !": ce soir, de nombreux citoyens expriment leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

    Il faut dire que l'espoir que le ramassage de ce matin aurait rendu les rues à un état de propreté acceptable était bien présent. Et pourtant, ce jeudi soir, on ne compte pas les rues de l'entité encombrées d'ordures. Si le ramassage des sacs blancs a été réalisé dans toute l'entité, c'est loin d'être le cas des sacs mauves et des cartons. Six semaines après le dernier ramassage PMC+ et cartons, il fallait se douter que les équipes de ramassage ne viendraient pas à bout de tout en une matinée... mais n'aurait-il pas été plus constructif qu'HYGEA prenne les devants en prévenant la population via une communication, et donne ainsi un déroulé des opérations et une marche à suivre... ? Et maintenant, tous ces cartons qui traînent et ces sacs mauves qui percent... On les laisse ou on les rentre ? Quel sentiment d'abandon !

    Jean-Marc Dupont, bourgmestre en titre de Frameries et député, a eu un contact avec l'HYGEA. Il s'agit de laisser les ordures dehors: le ramassage reprendra ce vendredi matin.

    Ah oui, il semblerait qu'en plus, une colonie de sacs bleus ait établi une base éternelle dans les rues de Frameries... bof...

    Les photos qui illustrent cet article ont été prises par des citoyens - merci à eux de leur collaboration. 

    ruesaintmartin.jpgCapture d'écran 2016-06-30 20.45.57.png

  • enfin ! sortez tout !

    Enfin ! Après des semaines et des semaines à vivre aux côtés de vos déchets, vous allez redevenir libre ! Grande opération de nettoyage dans les maisons, les arrière-cours, les jardins, les cabanons ! ;)

    Demain matin (jeudi 30 juin), les services de ramassage de l'HYGEA vont emporter vos poubelles blanches (déchets ménagers), mauves (PMC +), et vos cartons !

    Libérés, délivrés...

  • cimetières: c'est l'invasion !

    IMG_8785.jpgOn dirait qu'elles naviguent dans un océan de verdure. Elles, ce sont les tombes de nos cimetières...

    Le gouvernement wallon interdira dès 2019 l'emploi de pesticide par les communes. Et sans pesticide, les mauvaises herbes s'en donnent à coeur joie. Les photos, prisent au cimetière de La Bouverie, témoignent de la problématique. Des pratiques d'entretien qui furent banales pendant des années doivent aujourd'hui être repensées, réaménagées. Cela ne va pas sans difficulté. "C'est bien l'ensemble des cimetières de Mons-Borinage (et au-delà) qui sont concernés" fait remarquer Didier Draux, bourgmestre faisant fonction.

    Trop de surface à traiter, pas assez d'ouvriers... Il faut dire que sur les cinq fossoyeurs qui s'occupent des cinq cimetières de Frameries, seuls deux sont opérationnels. Ils doivent à eux seuls s'occuper de l'entretien des hectares de cimetières de l'entité (tailler les haies, etc...) mais aussi, bien entendu, procéder aux inhumations. L'administration a dernièrement alloué quatre ouvriers de la communes (des cantonniers) qui apportent une aide sans doute précieuse mais qui semblent être en train de vider l'océan à la petite cuillère tant la tâche paraît vaste. "On a bien des machines à eau bouillante, explique un ouvrier. Mais le tuyau n'est pas assez long pour aller jusque dans les parterres de tombes". Alors les voilà, agenouillés dans les allées, semblables à des pénitents. D'autres machines sont en test, comme des désherbeurs thermiques. Seront-elles suffisamment performantes ?

    IMG_8814.jpg"L'an passé, on ne pouvait déjà plus mettre de pesticides, expliquez Didier Draux. Mais cette année, avec le temps à la fois pluvieux avec de forts passages ensoleillées, le phénomène dépasse tout". A ce titre, et en n'oubliant pas les mouvements syndicaux des derniers jours, c'est d'ailleurs l'ensemble des espaces verts de l'entité qui pose actuellement problème: si le square des résistants (devant l'église) a été entretenu avant hier, bon courage à ceux qui iront tondre les pelouses du parc communal !

    De fait, l'administration est face à une situation nouvelle qu'elle est la première à déplorer. "Après tout, nous-mêmes avons des parents et des grands-parents dans ces cimetières, commente Didier Draux. En 2019, l'interdiction d'emploi des pesticides par le gouvernement wallon sera totale. D'ici là nous projetons, sans doute l'an prochain, d'engager du personnel supplémentaire. Mais ça prend du temps et ça a un coût...".

    En attendant, si les allées communes et les espaces entre les tombes sont à charge du personnel de la commune, l'entretien des tombes elles-mêmes est à charge de la famille. N'attendez pas novembre pour aller jeter un oeil, au risque de vous retrouver avec un séquoia géant planté sur le caveau de grand-maman !

    Le mot de la fin à un cantonnier qui fait remarquer que parmi les plantes invasives se trouvent de jolis coquelicots. "Celle-là elles peuvent rester. Ca rappelle 14-18". 

    IMG_8795.jpgIMG_8809.jpg