- Page 4

  • votre blogueur a testé la soupe glacée courgette-amande de Xavier Adam

    36980023_10204898873667269_2765943021475201024_n.jpgJe passais par hasard dans la rue des alliés quand un grand escogriffe vêtu d'orange des pieds à la tête m'alpague: "tu veux goûter ma soupe !?".

    Voyez-vous, ma très chère arrière-grand-mère, Simone Légat, m'a comme qui dirait (et comme tout bon borain) élevé à la soupe - un penchant qui m'est resté tout comme le cervelas et le hareng. Alors je ne dis jamais non, que dis-je: je ne refuserais pour rien au monde une cuillerée de soupe... encore moins quand celui qui me la propose est un chef de renom: Xavier Adam (de l'Atelier Gourmand), qu'il a les yeux furibonds, et qu'il brandit sous mon nez un grand écailleur ensanglanté.

    Sans chichi, je le suis dans les cuisines. Ca brille du sol au plafond, ça s'active, ça fristouille, et, alignés comme au tir, les poêlons en cuivre récemment offerts par Salvator Livolsi sont autant de soleils couchants. Xavier, radouci, pose une assiette sur le comptoir, verse une louche et s'explique : "C'est de la soupe glacée de courgette. Tu blanchis ta courgette, tu mixes, tu ajoutes du lait d'amande, du basilic, de l'ail, tu sales et tu poivres".

    37053022_10204898796265334_5916939387274264576_n (1).jpgDe la soupe froide !? Mais mémère Simone en aurait ravalé son patois !

    Xavier me tend une cuillère et j'y vais, avec application: je suis un blogueur consciencieux (quoiqu'en pensent mes détracteurs que je salue au passage). C'est doux, c'est onctueux, c'est crémeux sans être épais, le goût est plein et délicat. Ca rappelle vaguement la courgette (j'ai le nez un peu bouché). Je termine l'assiette profonde à la grande cuillère, sans dissimuler mon vif plaisir (je ronronne, je cacarde, je me hérisse) - il n'en reste même pas une demi-goutte.

    Je félicite le chef (en vidant d'un trait un verre de vin blanc). Avec sa petite garniture fraîche et croquante et son filet d'huile d'olive, cette soupe glacée, c'est vraiment le top. Ca n'est d'ailleurs pas vraiment une soupe. C'est autre chose. Un autre univers du goût - comme bien souvent dans les plats proposés par Xavier.

    Il est midi trente. Le service commence sur les chapeaux de roue. Je quitte la cuisine. Ah, mémère, si tu avais su !

    Si vous souhaitez à votre tour découvrir et tester cette soupe glacée courgette-amande, elle sera au programme du lunch de la semaine prochaine (infos au 065/84.35.88.)

    Et si vous souhaitez faire goûter quelque chose à votre blogueur : un plat, un livre que vous avez écrit, un vêtement, l'ombre de votre jardin, etc... N'hésitez pas à prendre contact !

    36970474_10204898796465339_1342508396208717824_n.jpg

  • le coup d'oeil de Willy #7

    Willy 7.jpg"Quand la nature reprend ses droits, à Noirchain rue d'Asquillies..."

    Willy Wattier, 63 ans et fils d'Emile le coiffeur, est originaire de Frameries. Amoureux de ses pierres, il habite Noirchain. Il est passionné de photo et de l'histoire locale. Chaque mardi, il propose, sur Blogsquetia, son "coup d'oeil".

  • café framerisois #13 : café des zouaves

    café fram 13 ok.jpg

    Ouvrir grand la porte du jardin. S'y poser en compagnie d'une tartine au fromage blanc et d'un café noir : le bonheur.

    Lino entre à toute vitesse dans mon bureau: "Papa y'a la noise !". Lino est blond. Il a 4 ans. Il est toujours heureux. "La noise ! La noise !" répète-t-il en bondissant comme un yoyo. "C'est quoi ça, la noise ?". "La waaase" prépète-t-il plus lentement. Je le suis au jardin. Une oie inspecte notre haie. "C'est une oie Lino". Lui de répéter: "une noix". "Non chéri, ce n'est pas une noix: une oie". Lino réfléchit longuement. puis, avec un sourire coquin:  "une noive".

    Il y a un arbuste qui surplombe la terrasse. Un petit chat (celui de Lino - il n'a pas encore de nom) a grimpé comme un fusée sur le tronc et se retrouve dans les frondaisons, entre la terre et le ciel, un peu ébaubi, très spontané. La vaillante (et inconsciente) petit boule de poils est rapidement rejointe par son papa, Léo, gros bon chat doux, mélancolique, et un poil bienheureux, qui grimpe à l'étage du dessus, l'air de dire: "oh, c'est encore moi le patron !".

    L'oie tend son long cou. Fait quelques pas. Je retourne à la cuisine, me fais un café rapide (Nescafé select "double filtre, full flavour") puis reviens à la charge. "Lino, c'est une oie. Une oiiiie. Une ouuuaaaahe". Lino me regarde, se concentre: "Un zouave".

    Sous les feux du soleil la terrasse ondule. Le café est doux. Cocotte a pondu. Le petit chat et son papa ont rejoint la terre ferme. l'oie cancane avec indolence. Les animaux sont heureux. Et Lino, tout nu, se jette dans la petite piscine.

    Vive les zouaves !

    Robuste, acide, doux, ou amer, le « café framerisois » vous est servi chaque dimanche sur votre blog communal. Accompagné d’une photo, il raconte le Frameries d’aujourd’hui par petites touches sincères.

    // dégustez les autres cafés framerisois en cliquant ici.