• Les métiers d’autrefois (7/10) : el’ramougné

    dizainedupatois_5.jpgCette année, pour notre « dizaine du patois », nous nous intéressons aux vieux métiers.

    El’ramougné : on le voyait passer avec sa corde à brosse sur l’épaule, « noir comme ée ramougné ». De ce temps-là, il y avait encore des foyers ouverts, avec le « cramion » (crémaillère) pour suspendre les marmites. Le ramoneur grimpait sur le toit, s’introduisait dans la cheminée et grattait la suie. Souvent c’était le gamin qui l’aidait qui accomplissait cette sale besogne.

    note du blogueur :  « noir comme un ramoneur »… il est quand même curieux qu’en nos contrées, ce ne soit pas « noir comme un mineur » qui soit passé à la postérité.

    Imprimer Catégories : curiosité, patois
  • Place Calmette: enquête sur un bruit nocturne

    cal.jpgNous vous relations récemment (lire ici) les désagréments occasionnés aux riverains de la Place Calmette (et alentours) qui subissent de manière irrégulière, mais toujours nocturne, un bruit de fond bien déplaisant. L'attention se concentre autour d'un ventilateur de Centragros qui serait à l'origine de ce ronronnement. Toutefois: aucune certitude à l'heure actuelle. La Police de l'Environnement enquête depuis un moment déjà sur le sujet. Malheureusement, il est très difficile de s'assurer de l'origine du bruit, d'autant que l'irrégularité de son émission la rend difficile à capter. L'enquête est donc en cours. Contacté, le Bourgmestre de Frameries assure être bien au courant de la situation, et s'en inquièter vivement. Espérons qu'une solution sera trouvée rapidement, pour le bien être de chacun.

  • jeudi 14h: "Numédiart" à La Fabrique de Théâtre (La Bouverie)

    fffzsss.jpgJeudi 27 février à 14h: Institut de l'Université de Mons spécialisé dans les technologies de la création propose un bilan de ses activités de recherche: "Numediart "

    Ces exposés sont donnés par les responsables de la recherche au sein de l’institut ( capture de mouvement, médias performatifs, espaces intelligents, fouille de données). La vocation de ces présentations est d’insister sur les démonstrations et les résultats concrets de différents projets interdisciplinaires (arts, technologies et industries). 

    Deux exposés sont au programme: 

    - La Résidence SUBCLASS et la naissance de l’UMONS Digital Orchestra (N. d’Alessandro)

    - Le Projet i-Treasures pour la Préservation du Patrimoine Culturel Immatériel (J. Tilmanne ) 

    Un concert de fin de résidence du UBC Laptop Orchestra

     Du 17 au 27 février, le Laptop Orchestra de University of British Columbia (SUBCLASS), Vancouver, Canada, était en résidence au sein de numediart - institut de l’Université de Mons spécialisé dans les technologies de la création.

    SUBCLASS est composé de 19 étudiants de UBC: musiciens, danseurs et ingénieurs. UBC fait partie des grandes universités nord-américaines où les programmes-pilotes d’intégration arts/sciences sont privilégiés. Grâce à un financement de GoGlobal, ces 17 étudiants et 2 professeurs ont pu se rendre à Mons et collaborer au sein des équipes de recherche Médias Performatifs (N. d’Alessandro) et Capture de Mouvement (J. Tilmanne).

    Ils ont formé des groupes de travail sur différentes technologies et différentes idées musicales avec 7 étudiants de l’Université de Mons, dans le cadre du programme Créactifs: suivi du corps par plusieurs Kinects, captation du mouvement des doigts au piano par LeapMotion, utilisation de périphériques mobiles pour la captation de mouvement et la synthèse sonore embarquée, etc.

    Le concert de fin de résidence sera constitué de 4 pièces de musique composées par des étudiants de UBC.  

    Entrée libre sans réservation.

    La Fabrique de Théâtre : 128, rue de l'Industrie à La Bouverie -> 065/61.34.63

  • "Mon Corps, Ma santé": une nouvelle expo au PASS !

    SLIDER_SITE_WEB_EXPOCORPS.jpgDu 1er au 9 mars 2014, durant le congé de Carnaval, découvrez la nouvelle exposition du Pass et plongez dans l’intimité de vos organes et de vos cellules …

    40 à 60 000 milliards de cellules, une centaine d’organes, 950 km de tuyaux, 450 paires de muscles moteurs : découvrez votre corps comme vous ne l’avez jamais vu en parcourant le labyrinthe des organes, de la peau aux reins en passant par le cerveau ou le cœur. Apprenez des infos étonnantes, écoutez des témoignages touchants, jouez avec vos réflexes, vos articulations ou les sensations du toucher.

    En famille, participez à un jeu sur l’exposition en répondant aux questions et défis posés par les animateurs. Ou partez en laboratoire découvrir les secrets de votre peau et créer votre crème.

    Bien sûr, visitez les autres expositions du Pass : Portraits, Antarctique, Jeux de sciences et bien d’autres.

    Participez aux animations sur inscription (dès votre arrivée). Pour en savoir plus : www.pass.be.

    Durant le congé de Carnaval, le Pass est ouvert 7j/7 de 10 à 18h. Tarif unique : 5€.

  • Les métiers d’autrefois (6/10) : l’arracheu d’dints

    dizainedupatois_5.jpgCette année, pour notre « dizaine du patois », nous nous intéressons aux vieux métiers.

    L’arracheu d’dints : on le voyait sur les foires et marchés exerçant ses « talents » sur un équipage de fortune. Il s’annonçait aux sons d’une grosse caisse et d’un tambour, parfois d’une trompette.

    note du blogueur :  l’intérêt de ces instruments de musique étant sans doute de réveiller les douleurs dentaires par l’effet des vibrations…

    Imprimer Catégories : curiosité, patois
  • bientôt: "bal du carnaval" à La Bouverie

    images.jpgLe Comité des Parents de l'école Sainte-Marie (ure Pasteur Busé à La Bouverie)  vous invite, ce 1 mars dès 16h, à son Bal du Carnaval ! Entrée gratuite, accessible à toutes et tous, déguisement pas obligatoire... mais c'est mieux quand même ! :)

    Infos: 0497 30 59 54 (apres 16h).

    nb: tout enfant doit être accompagné d'un adulte au minimum.

  • Les métiers d’autrefois (5/10) : el’marchande de coco

    dizainedupatois_5.jpgCette année, pour notre « dizaine du patois », nous nous intéressons aux vieux métiers.

    El’marchande de coco : elle installait son petit tréteau sur les ducasses. Pour un liard (2 centimes), on recevait un verre de coco (eau additionnée de réglisse), et un gros morceau de boudin noir.

    Note du blogueur :  je ne sais pas vous, mais, question friandises, nos ancêtres avaient des goûts assez particulier – à moins que le mélange réglisse boudin noir soit aphrodisiaque… qui veut essayer ?

    Imprimer Catégories : patois