• free style: la célébration des écureuils

    fff2.jpgIls ont tous entre 14 et 18 ans. Ils habitent l’entité de Frameries. Vous les avez sans doute croisés plus d’une fois. Qui sont-ils ? Mike, Chris, Morgan, Dylan, Joris, Jordan… Depuis un an ils ont formé une bande de copains qui dévore la vie à pleines dents. Ce qu’ils font ? Mais rouler à vélo bien sûr. Mais pas comme vous et moi l’entendons. Leur passion c’est le free style. Autrement dit pratiquer des acrobaties, de l’adrénaline plein les yeux ! « Au début, on voyait Anthony Urbain (le « fou de moto » : cliquez ici) rouler dans les rues, petit à petit on s’y est mis, témoigne Mike Lambot, 18 ans, en boulangerie-pâtisserie aux ETH (Saint-Ghilsain). Et depuis on ne lâche plus le guidon ! ». Si ces jeunes ont contacté le blog de Frameries. K5.jpgC’est qu’ils en ont assez de passer pour des désoeuvrés qui traîne dans les rues. « Le free style c’est notre passion, voilà tout ! explique-t-il encore ». Leur plus grand souhait serait de disposer d’un lieu qui leur permettrait de pratiquer en toute sécurité, dans un certain confort. « L’endroit le plus proche où tout est prévu pour faire des acrobaties à vélo (rampes…) se trouve à Roulers ! déplore Chris Rider, 15 ans ». Mais le centre de Frameries ne dispose-t-il pas d’une rampe de skate, à l’Agrappe ? Encadré de l’escadron des vélos tourbillonnants, nous nous rendons à l’Agrappe, où les jeunes gens nous font prendre conscience d’un constat déplorable. Sans surveillance, sans entretien, le site est immergé, souillé de détritus… et constellé de bris de verre… pas idéal pour les pneus ! Et comme chaque fois que les copains s’y donne rendez-K1.jpgvous, Mike sort une raclette cachée dans un recoin, et voilà nos amis qui, à tour de rôle, de se mettre à brosser la rampe afin de lui rendre un aspect plus accueillant (voir photo). « Y’a des tas de gens qui viennent ici, explique Chris. Le soir, les jeunes balancent tout. Il y a quelques mois on a retrouvé une voiture carbonisée. Il a fallut qu’on fasse les démarches à la Maison de la Prévention pour la faire retirer ». Leur rêve ? Que la Commune investisse dans un grillage. Une toiture. Une rénovation de la rampe. Ils sont les enfants de Frameries, les citoyens de demain. Après eux en viendront d’autres. N’est-ce pas légitime pour eux d’espérer bénéficier d’un cadre de vie qui leur propose des structures adaptées à leurs activités ? Y’a de quoi se sentir délaissé, alors que de grands travaux viennent de s’achever un peu partout dans l’entité, piste cyclable incluse (sic), et que des clubs officiels bénéficient d'invesK2.jpgtissements réguliers. Pour terminer l’entretien sur les chapeaux de roues, les voilà qui s’élancent sur la piste, faisant caracoler les bécanes, les envoyant embrasser le ciel sur la bouche, et retoucher le sol dans le fracas de leurs jeunes années. Si vous les croisez, bondissant sur le grand place tels des diablotins pacifiques, klaxonnez amicalement : leurs acrobaties sont une célébration : l’expression même de l’agilité de l’écureuil, cet être attachant qui reste le symbole même de notre commune.

    fff.jpgK3.jpgK6.jpgK9.jpgok.jpg

  • plus de 1000 participants à l'Happy New Year Trophy 2012 !

    AR1.jpgHier soir, l'Happy New Year Trophy, la dernière course à pieds de l'année, s'élançait depuis la grand'place de Frameries. Le temps était de la partie: pas de pluie, pas de verglas, et des températures quasi estivales (sic...). Cela aura sans doute favorisé la participation de plus de 1000 coureurs ! Parmi ceux-ci, Berardo Pasqua, 34 ans, qui a repris la course à pieds depuis 5 ans. "Je pratique la course car c'est un sport qui peut se pratiquer de manière individuelle, témoigne Berardo. On n'est pas obligé de s'affilier à un club. Ca reste bien entendu un sport exigeant au niveau musculaire". Mais quelle motivation peut-on trouver à s'élancer ainsi sur les routes froides, le soir du 29 décembre ?AR3.jpg "L'Happy New Year Trophy peut se pratiquer de manière décontractée, explique Berardo. C'est une épreuve qui a un caractère festif. Pour ma part, un an sur deux, je la pratique avec un objectif sportif. Cette année, par exemple, je veux arriver dans le premier quart [c'est à dire dans les 250 premiers, ce que Berardo parviendra à accomplir, étant donné qu'il sera classé... 244ème !]". Quant à Alain Laurent, la course, il l'a dans le sang depuis ses 16 ans. "Le Happy New Year Trophy est une trop belle initiative pour la rater, confie-t-il. C'est l'occasion unique de brûler des calories entre deux fêtAR2.jpges !". Le Happy New Year Trophy reste un vrai défi humain. A un moment de l'année où l'on se verrait bien mieux devant la cheminée chaussé de pantoufles, endosser un maillot et courir de Frameries à Hornu n'est pas donné à tout le monde. Après d'être réchauffé quelques instants dans l'Hôtel Communal, les participants se rassemblent dans la rue des Alliés. Quelle marée humaine ! A 17h pile la masse s'élance. Elle repassera quelques minutes plus tard après une boucle par les rues Defuisseaux et Roosevelt. Les premiers, corps penchés, visages fermés, à l'écoute de leur rythme, sont soncentrés sur leur performance. Suit un peloton hétéroclyte composé à part égal de sportif et de coureurs déguisés. Jugez plutôt : on peut voir la garde romaine encadrant Jules César, Obélix et Astérix, une poignée de M&Ms et même un personnage tout droit issu du film Avatar... AR4.jpgLes voilà qui partent vers Eugies et l'avenue Fénélon, quittant et Frameries et le cadre de notre article... Que demander de plus ? Peut-être que les autorités communales fassent en sorte que l'an prochain, la compétition se pratique dans le sens Hornu-Frameries, histoire de pouvoir profiter une fois au moins de l'arrivée... d'en profiter festivement dans les bistros qui bordent notre bonne vieille place de Frameries !

    Demain vous retrouverez sur le blog une galerie des meilleures photos, une interview de Laurent Richard (coureur de Sar), ainsi qu'une galerie des meilleurs déguisements réalisée par Oscar Pichon.

    Voici le classement de l'épreuve (11,1km): 

    1.

    LEJEUNE Emmanuel

    0:32:18

    2.

    D'HARVENG Nicolas

    0:33:53

    3.

    DEBOUCK Matthieu

    0:34:07

    4.

    FRANCOIS Luc

    0:34:22

    5.

    LAUWERS Aurélien

    0:35:50

    Cliquez ici afin d'accéder au classement complet.

  • focus: la visite du Père Noël à Eugies

    406719_126879827476557_966541048_n.jpgHier soir, à la suite du spectacle de marionnettes  proposé par le PAC Eugies, Père Noël en personne a distribué des cougnoles aux enfants sages (et ravis !). 80 enfants, accompagnés de leurs parents, étaient présents. Les enfants d'Eugies auront profité de 2012 jusqu'à la dernière miette (de cougnole) ! Photos: Jérôme Caudron.

      64977_126879234143283_2079617937_n.jpg

  • ce soir : 2 activités à ne pas manquer

    Ce soir, vous avez le choix. Assistez (ou participez !) au départ du Jogging Happy New Year Trophy à 17h, sur la Place de Frameries (reportage photo dès ce soir sur le blog) ou assistez en famille au spectacle de marionnettes proposé par le PAC Eugies à 17h30 à la Maison du Peuple d'Eugies (rue Albert 1er n°10). Pour l'un comme pour l'autre: l'accès est gratuit !

    D.jpg

  • on s'embourbe dans la rue des Alliés !?

    C.jpgLa vie n'est pas toujours rose, loin s'en faut. Nous avons reçu le coup de gueule de deux automobilistes qui se sont embourbés dans la rue des Alliés (Frameries). Comment est-ce possible ? Les aires de stationnement situées au bas de la rue (face à la Poste) ont été ponctuées d'espace qui seront prochainement plantés d'arbres. En attendant, ces trous béants, emplis de terre glissante et de déchets en tous genres restent invisible à l'automobiliste qui quitte sa place de parking. Une fois la roue dedans, il devient parfois impossible de la faire ressortir... et la voiture se retrouve donc embourbée (d'où Police, dépannage...) ! Cela vous est-il déjà arrivé ? Nous interrogerons prochainement l'Administration Communale à ce sujet, afin de déterminer à quel moment les arbres tant attendus seront plantés, et quel est la solution afin d'éviter que ces "bacs" ne se transforment en dépotoirs permanents.

    B.jpgA.jpg