02 septembre 2014

Libération de Frameries (partie 3) : 17 maisons de la rue Ferrer sont détruites par une explosion

G.jpgDébut de soirée du 2 septembre 1944... Les chars allemands reprennent leur progression et entreprennent de descendre la rue Ferrer. Une partie gagne le carrefour de la mort tandis qu’une autre stationne face au terril du charbonnage de l’Agrappe (actuellement « mont des écureuils). Au bout d’un moment le charroi se remet en route. Un side-car ouvre la route. Peu après le pont du berger, deux blindés américains ouvrent le feu. Le side-car est projeté dans les airs. Un véhicule semi-chenillé, puis un deuxième, un troisième sont mis hors d’état de nuire…

Vers 21h30, les troupes allemandes toujours coincées rue Ferrer décident de saboter les véhicules et le matériel. A 22h une formidable explosion pulvérise 17 maisons et en endommage 10 autres. Trente soldats allemands sont tués sur le coup, dont des blessés qui patientaient dans les ambulances. Chez les civils, c’est l’abrutissement. La station d’épuration de la rue Bois Bourdon, percée, laisse s’échapper des flots qui emportent bientôt le pêle-mêle tragique. Sept civils ont été blessés, pour la plupart aux yeux – l’un d’entre eux restera aveugle.

Pendant ce temps, de nombreuses escarmouches se produisent dans Frameries. De nombreux soldats allemands sont capturés par les résistants.

La nuit tombe enfin. Les tirs deviennent sporadiques. Les soldats U.S. postés aux blocages routiers veilllent…

Dès demain, notre compte-rendu se poursuivra sur la tragique journée du 3 septembre 1944.

H.jpg

photo: croisement de la rue Bois Bourdon et de la rue Ferrer. Les maisons sont totalement détruites.

Libération de Frameries (partie 2) : le 2 septembre, la bataille de la Vieille Place

F.jpgPour lire la partie 1 de cette série d'articles, cliquez ici.

18h30 : des forces allemandes remontent la rue des Alliés depuis les 4 pavés. Panique chez les citoyens qui s’enferment chez eux. Les soldats U.S. s’embusquent à la Vieille Place (actuellement croisement rue des Alliés et Hankar): une fusillade se déclenche. Une maison est percutée par un obus tiré d’un char américain. Un camion allemand transportant des munitions est touché. Il finit dans un véritable feu d’artifice.  De nombreux soldats allemands s’égaient dans les rues et ruelles alentours. L’accrochage terminé, la colonne U.S. reprend la route.

Arrive alors de la rue d’Eugies, une colonne allemande forte de 5 ou 6 chars Panther couverts de branchages. Elles remontent à son tour la rue des Alliés en direction de la Vieille Place. Au même moment, Robert André, résistant, sort de l’Harmonie, un fusil à la main. Les prenant pour des américains, joyeux, ils les saluent ! Un chef de char allemand tire et blesse Robert. Le patron de l’Harmonie tente de lui prêter secours mais un soldat allemand achève tragiquement le résistant d’une balle dans la tête.

E.jpgLe combat s’engage alors à la Vieille Place, entre la colonne allemande et l’arrière-garde du convoi américain. Le passage étant fermé, les allemands font demi-tour et s’engagent dans la rue Defuisseaux. Mais un blindé américain, en position dans la rue du commerce (actuellement la rue Roosevelt) tire un obus qui file à travers la rue de Lille puis la rue Rogier et pulvérise un fourgon hippomobile et ses occupants dont les reste sont projetés sur la façade d’une pharmacie.

La colonne allemande, ébranlée, se met à tirer sur la Maison du Peuple, qui est le Quartier Général des Milices Patriotiques. A l’intérieur, les résistants tiennent en respect une trentaine de prisonniers allemands.

Pour accéder à la suite, cliquez ici.

Libération de Frameries (partie 1) : le 2 septembre, les allemands refluent

bisA.jpgAvertissement : la Libération de Frameries est une orchestration complexe comprenant de nombreux mouvements, des actions de groupes et individuelles. Il nous est impossible, dans le cadre des maigres colonnes du blog, de tout développer. Nous nous concentrerons donc sur les principales actions du jour, sans minimiser aucunement la portée d’autres actions – dont certaines auront conduit des concitoyens à un funeste destin.

Le 2 septembre, les 4 pavés de Frameries seront, tout le long de la journée, les témoins du passages de colonnes allemandes ainsi que des soldats isolés, parfois motorisés. L’arrivée des Américains est prévue pour 15h. Les habitants sont invités à rester chez eux – la Résistance veille.

En milieu d’après-midi, un sous-officier de la Feldgendarmerie est abattus par des Résistants à hauteur de la ferme Lambert. Lorsqu’une colonne allemande voit le corps un peu plus tard, il est clair que la vengeance est à l’ordre du jour. Elle est toutefois encerclée par une cinquantaine d’homme du Front de l’Indépendance qui  les enferment dans une cave.

Vers 16h, un convoi motorisé tractant des canons de 105 et 150mm est arrêté sur la route de Bavay. Quatre soldats allemands entrent chez un riverain, Léon Decaluwe. « Aujourd’hui nous B.jpgbattons en retraite face aux Américains. Mais mangez bien du chocolat car nous serons de retour pour Noël ».

 Au cœur de Frameries, à la Vieille Place, voit passer de nombreux soldats allemands.

Un peu plus tard, le drapeau belge, caché depuis 4 ans, est hissé au local du Royal Cercle Choral.

Carrefour de la rue Ferrer et de la rue Bois Bourdon : des véhicules américains, venant de Genly, font leur apparition (1ère photo). Une jeep de reconnaissance s’arrête à l’entrée du Pont du Berger, un char la suit. Le convoi, impressionnant et ininterrompu, emprunte la rue de Genly tandis qu’un char Stuart se poste rue Ferrer, le canon pointé en direction des 4 pavés. Presqu’aussitôt, la nouvelle se répand, et les citoyens sortent fêter leurs libérateurs.

C.jpg17h 25, le convoi emprunte la rue des dames. Les villageois se pressent sur le pavé : c’est le délire !

Pendant ce temps, une petite colonne hippomobile allemande escortée d’une vingtaine d’hommes tente d’emprunter la route de Bavay. Deux chars U.S. s’extraient du convoi (carrefour Ferrer-Bourdon) et prennent la direction du carrefour de la mort. La fusillade éclate et c’est la débandade allemande.

La Clinique de Frameries est réquisitionnée et placée sous les ordres des médecins de l’Armée Secrète. Tous les blessés, sans distinction de nationalité ou de grade, y seront soignés par le capitaine-médecin Gaston Dieu.

18h : 5 fourgons hippomobiles allemands descendent la rue Ferrer, encadré d’une cinquantaine de fantassins. Elle s’immobilise lorsqu’elle aperçoit le char Stuart. Les soldats allemands prennent l’heureuse décision de se rendre.

...la suite en soirée.

la Libération de Frameries

lib1.jpgIl y a très exactement 70 ans, le 2 septembre 1944, débutait la Libération de Frameries par les troupes américaines.

Le 1er septembre, déjà, de nombreux véhicules allemands refluent sur la route de Bavay : semi-chenillés, camions, auto civiles ou militaires, artillerie, accompagnés de fantassins. Dans l’après-midi, des camions allemands stationnent sur le place Calmette. En fin d’après-midi, le dernier train allemand quitte la gare de Frameries.

Cette semaine, au jour le jour, votre blog communal essaiera sobrement de vous faire revivre ces moments intenses qui ont changé le visage de notre commune.

Des articles connexes vous raconteront également, fin de semaine, la Libération de Sars et de La Bouverie.

Les informations proposées ici proviennent de divers ouvrages dont « La Poche de Mons » (Quorum). L’auteur de ces lignes ne saurait que vous en conseiller la lecture.

Frameries: brûlé au second degré

chu.jpg

cliquez afin d'accéder à l'article complet sur le site du journal La Province !

01 septembre 2014

une bande de cigognes fait escale à Eugies !

Les riverains de la rue du peuple ont la grande chance, ce soir, d'assister à un spectacle animalier toujours captivant. Un petit parti de cigognes vient de s'installer sur les hauteurs du château d'eau. En voici des photos absolument splendides prises par Isabelle Mathieu...

ci1.jpg

ci2.jpg

ci3.jpg

Doosan Frameries: la chute !

1.jpg

cliquez afin d'accéder à l'article complet sur le site du journal La Province !

cherche maison à louer

alo.jpgUne famille de la région cherche d'urgence une maison pour se reloger. Stéphanie a deux enfants, dont un souffrant d'une malformation cardiaque de naissance. Elle recherche une maison 2 chambres + jardin sur Frameries, La Bouverie, Cuesmes... Vous pouvez envoyer vos infos à votre blogueur qui transmettra.

30 août 2014

ce dimanche: La Bouverie en Folie !

labo.jpg

 

Nos rubriques